Après avoir entendu tant de louanges à propos de ce spectacle, nous y voilà, nos places sont réservées pour vendredi 12 septembre à 22 heures et nous croisons les doigts en espérant que le ciel sera clément.
En attendant, direction … la Sarthe et l’Anjou pour une petite semaine de balades en camping-car.

Dimanche 7 septembre 2014.

Départ en fin de matinée, c’est de mieux en mieux …
Petite pause dans la Sarthe, tout d’abord à Asnières-sur-Vègre, petite cité de caractère réputée être le plus joli village du département. Un parking accueille tous les types de véhicules, voitures, bus et camping-cars. Le parc Mosaïque se trouve non loin, et quelques touristes déambulent dans le village lorsque nous arrivons en fin d’après-midi. Malheureusement, en septembre, le parc n’ouvre ses portes que l’après-midi, du mercredi au dimanche, et nous ne pourrons donc pas le visiter. Il est arrivé récemment en 6ème position dans le classement, lors d’une émission télévisée.
De nombreux travaux de restauration sont actuellement en cours dans le village.
Nous visitons l’église Saint-Hilaire dont les murs sont parés de fresques peintes successivement par des artistes anonymes entre le 12e et le 16ème siècle.
La roseraie est en fin de saison et ses fleurs sont presque toutes fanées mais elles embaument encore. Une magnifique construction ancienne est également en réfection.
Au fond d’une ruelle, un joli petit pont de pierre enjambe la Vègre, le calme règne et les habitants que nous croisons nous saluent, heureux de retrouver le soleil après un mois d’août maussade. Bref, un petit paradis comparée à notre satanée banlieue parisienne. Le besoin de dépaysement nous est de plus en plus vital au fil des années et le camping-car nous permet fort heureusement de l’assumer assez régulièrement.

P1210072

 

P1210061

P1210063

P1210071

P1210073

P1210080

P1210074

P1210070

 

P1210109

P1210085

Nuit sur le parking d’Asnières-sur-Vègre.

Lundi 8 septembre 2014.

Il fait toujours un temps magnifique bien qu’un peu trop chaud pour Vanille. Nous partons refaire un petit tour à la fraîche, sans elle justement, elle n’a que dix ans mais elle ne veut déjà plus que batifoler à quelques mètres du camping-car.
Nous en profitons pour monter au point de vue et pousser un peu jusqu’au bout du village. Ceuillette de quelques mûres, quelques poires abandonnées aussi qui se révèleront délicieuses !

 

P1210088

De quoi éveiller quelques curiosités …

 

P1210091

 

P1210094

P1210099

P1210100

P1210089
Une maison de l’environnement est en construction sur le parking juste derrière nous et les ouvriers sont arrivés, il est temps de partir.
Direction La Suze sur Sarthe, à une demi-heure de route. Il y a une grande aire payante avec horodateur (5€), les services sont gratuits y compris l’eau et l’électricité, par contre, le regard de vidange des eaux usées n’est pas du tout pratique. Un magnifique saule pleureur empêche les camping-cars d’y avoir accès et du coup, les vacanciers vidangent au seau.

P1210118

P1210116
L’aire dédiée se trouve un peu en retrait, jouxtant un camping fermé mais très bien entretenu. Les ccars peuvent aussi s’installer le long de la Sarthe. Nous choisissons l’aire, juste à côté d’un immense marronnier qui nous procurera ombre et fraîcheur. Par contre, le port du casque est conseillé car de gros marrons tombent régulièrement de l’arbre avec un bruit fracassant, mimiques et sourires béats à chaque chute, il en faut parfois peu pour s’amuser ! Nous avons été chanceux et sommes restés sains et saufs tous les trois !

P1210119
En fin d’après-midi, ma liseuse me fait un coup de calcaire, en pleine lecture du roman de Valérie Trierweiler, quelle poisse !
La température baisse un peu et nous partons faire un petit tour en ville, il y a juste le pont à traverser. Le village est animé par de nombreux petits commerces, deux belles boulangeries sont voisines, nous trouvons cela plutôt inhabituel, mais sinon rien de particulier à visiter.
Si quand même de belles balades à faire le long de la Sarthe sur le chemin de halage.

P1210117

P1210113

P1210114

P1210115
Au retour, je m’acharne à nouveau sur la liseuse et miracle, elle se réinitialise. Quel soulagement car je n’envisage pas une seule journée sans lecture, et à fortiori pendant les vacances. J’ai beaucoup hésité avant de passer à la liseuse électronique et je reconnais finalement que c’est bien pratique. J’embarque des dizaines de bouquins pour à peine le poids d’un livre de poche. Mais j’ai malgré tout prévu une « roue de secours » à demeure dans le camping-car, un gros roman historique bien épais, auquel il faudra bien que je m’attaque un jour, mais sauvée, ce ne sera pas pour aujourd’hui, je vais pouvoir continuer à me délecter des problèmes de coeur de notre ex-première dame …

Nuit sur l’aire de La Suze sur Sarthe.

Mardi 9 septembre 2014.

Départ en fin de matinée pour Châteauneuf sur Sarthe, nous continuons tout doucettement notre avancée vers le Puy du Fou. L’aire se trouve également le long de la Sarthe mais bien qu’ombragés, les emplacements sont assez étroits. Le camping situé juste à côté propose aux camping-caristes jusqu’au 28 septembre, date de sa fermeture annuelle, une nuitée à 8€16 au lieu de 5€16 pour l’aire.

P1210120

P1210121

P1210122

P1210124
C’est sans doute ce que nous aurions choisi si nous étions restés. Mais après le déjeuner, nous choisissons de continuer la route jusqu’au Parc Oriental de Maulévrier que nous avions déjà visité en novembre 2010 à voir ou à revoir ici. Malgré la pluie, nous avions eu un véritable coup de coeur pour ce parc sublime et nous nous étions promis de revenir le voir. Le parking a été réaménagé. En face de nous, une petite prairie écologique, en contrebas, des tables pour pique-niquer.
Il fait toujours aussi chaud, la météo annonce des températures au dessus des normales saisonnières, nous irons donc visiter le parc demain matin à la fraîche. Il me semble que les chiens y sont admis mais Vanille n’est pas apte à en faire le tour.

 

P1210130

P1210131

P1210132

Nuit sur le parking du Parc Oriental de Maulévrier.

Mercredi 10 septembre 2014.

Le parking est tranquille mais il y a beaucoup de circulation sur la route qui passe juste au dessus et le bruit des véhicules commence très tôt (vers 4h30).
Exploit de l’année, nous sommes devant l’entrée du parc à 9h55 … pour constater qu’en septembre il n’est ouvert que l’après-midi ! Nous ne sommes pas les seuls à nous être fait avoir et cela nous console quand même un peu :)

 

P1210134
Nous partons faire un tour en ville mais l’église est fermée et la plupart des commerçants sont en congés en septembre, super ! Et bien justement, nous partons faire quelques courses au Super U de Maulévrier avec le camping-car. Surprise en arrivant, pas besoin de jeton pour prendre un caddie, nous sommes déjà tellement conditionnés que ce petit détail nous propulse dans une autre dimension. Le magasin est calme et très bien achalandé, les caissières souriantes et agréables, bref, un autre monde …
De retour sur le parking du Parc Oriental, nous trouvons une petite place à mi-ombre. Nous craignons toujours la chaleur (toujours pour Vanille bien sûr) mais il y a un petit air plus frais aujourd’hui et l’atmosphère est moins étouffante que ces derniers jours.
Que dire de ce magnifique Parc ? Qu’il est toujours aussi magnifique bien que pour nous, l’effet de surprise n’y soit plus. Nous entendons quelques visiteurs s’extasiant sur sa beauté et cela nous rappelle la superbe impression que nous avions eue lors de notre première visite. Et pourtant il pleuvait. Aujourd’hui, il fait grand soleil et je trouve qu’il y a même un peu trop de luminosité pour les photos. Je serais presque tentée de dire qu’il manque cette petite brume, ce doux halo de vapeur qui rend les jardins japonais si mystérieux. Jamais contente mais … si vous passez non loin de Maulévrier, ne manquez surtout pas cette visite, vous ne serez pas déçus, et attention aux dates d’ouverture, il est fermé une bonne partie de l’hiver. Il nous reste à le visiter au printemps et à la nuit tombée (quelques dates définies à l’avance le permettent).

P1210137

P1210144

P1210145

P1210151

P1210155

P1210158

P1210159

P1210161

P1210166

P1210169

P1210170

P1210176

P1210178

P1210185

P1210186

P1210192

P1210196

P1210211

P1210218

P1210230

P1210232

P1210233

P1210238

P1210247

P1210251
Après cette merveilleuse balade, il est temps de rejoindre le Puy du Fou. Nous étions venus une première fois au mois de mai et avions pris le passeport annuel. L’entrée du Parc se fera donc sans bourse déliée pour nous cette fois-ci ainsi que le stationnement sur l’immense aire réservée aux camping-cars (facturé 5€ la nuit). Quant à la Cinéscénie, j’avais réservé nos places sur internet dès notre retour au mois de mai.

Nuit sur l’aire du Grand Parc du Puy du Fou.

Jeudi 11 septembre 2014.

Après une nuit très calme, quel plaisir de reprendre ce matin le petit sentier qui mène au Grand Parc. Nous sommes chanceux, grand soleil, superbe ciel bleu et petit air frais, pour nous c’est le temps idéal !

P1210376

P1210263

P1210374
Objectif du jour, voir en priorité les 2 spectacles que nous n’avions pas vus en mai dernier soit, « Le Secret de la Lance » et « Le Bal des Oiseaux Fantômes ». Objectif atteint.

P1210260
Nous revoyons également avec grand plaisir « Les Vikings »et « Les Chevaliers de la Table Ronde » et rendons visite aux nombreux animaux présents sur le parc.

P1210296

P1210320

P1210266

P1210275

P1210304

Le petit veau que nous avions trouvé si mignon au mois de mai et que sa maman ne quittait pas d’un sabot a bien grandit. Il apprécie énormément la compagnie des humains …

P1210357

P1210283

P1210330

P1210340

Aucune over-dose, nous sommes toujours aussi enthousiastes qu’au premier jour.
Nous rentrons déjeuner au camping-car et nous nous installons à l’extérieur au soleil.
L’immense aire est occupée environ à moitié, nous sommes donc plusieurs centaines de ccars mais tout est aussi calme que si nous étions moins d’une dizaine. Il est vrai qu’à cette période les enfants sont scolarisés et la plupart des vacanciers passent la journée sur le parc.
J’ai toujours grand plaisir à donner ce genre d’infos : le Grand Parc du Puy du Fou accueille idéalement les camping-caristes. Deux aires de vidange (jetons en vente au distributeur à l’entrée : 2€ pour le plein d’eau ou 12 heures d’électricité mais seulement quelques bornes et elles sont très recherchées), toilettes, pain et viennoiseries le matin, c’est un vrai plaisir de séjourner ici et de se sentir les bienvenus. (D’autres photos et infos ici).

Nuit sur l’aire du Grand Parc du Puy du Fou.

Vendredi 12 septembre 2014.

Il fait bien frais ce matin dans le camping-car, 14 degrés, mais le soleil est déjà bien présent ainsi qu’un beau ciel bleu limpide. Le temps passe trop vite et de fil en aiguille, nous ne prenons le chemin du Parc qu’en début d’après-midi. Nous assistons au spectacle des grandes eaux puis au « Signe du Triomphe » qui se déroule dans les majestueuses arènes. Pour moi, c’est le plus beau, suivi de près par « Les Mousquetaires de Richelieu » et « Les Vikings ». Mais  » Les Chevaliers de la Table Ronde » est magnifique aussi.
Tout est à voir, rien n’est à jeter, et une seule journée n’y suffit pas. Il en faut bien deux, voire même trois, si on veut vraiment tout visiter tranquillement sans faire la course.

P1210442

P1210388

P1210345

P1210396

P1210402

P1210411

P1210415
Retour au camping-car pour un dîner léger et un changement de tenue, il nous faut enfiler jeans et polaires, la Cinéscénie se déroule à la belle étoile …
Dix minutes à pied à peine pour arriver sur le site, il y a déjà énormément de monde mais l’organisation est bien rodée et tout se fait dans le calme et sans précipitation. Un grand thermomètre affiche 14°.
Nous sommes environ 14 000 spectateurs, pas un siège vide, ces spectacles qui ont lieu de début juin à la mi-septembre à raison de deux par semaine se jouent à guichet fermé. Cela fait deux ans que je m’y prends un peu tard pour réserver et que les dates possibles pour nous affichent déjà complet.
Notre placeuse répond à quelques questions posées par une personne installée non loin de nous. Elle lui explique sa passion ainsi que celle de toute sa famille pour cette aventure née en 1977 et régie par une association de loi 1901, la seule en France qui serait redevable de l’impôt.
Elle rajoute avec humour que son petit-fils qui n’est pas encore né est déjà en formation in-utéro. Les volontaires s’engagent à participer à une quinzaine de spectacles sur les 28 environ qui ont lieu en tout. Ils sont agés de 1 à 90 ans. Il y a même une école pour les « Puyfolais », un mot créé spécialement pour les bénévoles de la Cinéscénie. Une spectatrice assise derrière nous reconnait le fondateur du Parc, Philippe de Villiers, parmi le public.
Presque deux heures non-stop de merveilleux tableaux. Costumes, décors, jeux de lumières, son, jeux d’acteurs et d’animaux, feux d’artifices, tout est parfaitement orchestré et les quelques 1 200 bénévoles présents sur cette immense scène sont impressionnants. Un cheval blanc nous a bluffé en faisant le mort sans bouger d’un centimètre pendant près de deux minutes.
Le fil conducteur du spectacle est l’histoire de la Vendée à travers les guerres et la rude vie paysanne. Et c’est le seul reproche que je ferais, il m’a juste manqué un peu de fantaisie et d’optimisme pour que ma soirée soit vraiment magique.
Mais mes deux yeux ne m’ont pas suffi à embrasser la scène immense et tous ses décors fabuleux. Mes modestes qualités de photographe ne restituant pas le millième de la beauté du spectacle, je préfère m’abstenir …
Il nous faudra un peu de patience avant de nous retrouver à la sortie mais tout se fera encore une fois dans le plus grand calme. Aucune comparaison avec la sortie du Stade de France à Paris où on est comprimé et emporté par une vague humaine incontrôlable, pressée de prendre le dernier train. Il est alors impossible de faire demi-tour si on s’est trompé de sens.

Nuit sur l’aire du Parc du Puy du Fou.

Samedi 13 septembre 2014.

Le plus difficile reste à faire, se résoudre à prendre la route du retour sous ce magnifique soleil !
Il y a de l’attente aux deux aires de vidange et nous partons donc directement. Nous nous étions déplacés hier matin et il n’y a pas d’urgence. Une fois sur la route, il y a une file interminable de voitures en direction du parc et nous n’écoutons pas le GPS qui nous envoie directement dans la gueule du loup. Du coup, nous peinons un peu à prendre la bonne route.
Nous nous arrêtons pour déjeuner sur l’aire de La Flèche, toujours aussi jolie mais toujours aussi bruyante à cause de la circulation. J’en profite pour aller faire deux ou trois courses au Carrefour Contact situé juste en face.

 

P1210427

P1210429
Nous reprenons la route et hésitons. On rentre ce soir, il sera assez tard, sans doute à la nuit tombée, ou on fait encore une petite pause ? Les aires communales ne sont pas très nombreuses sur cette route, celles qui sont indiquées sur la carte sont presque toutes des terrains de camping. Alain en déniche une que nous ne connaissons pas juste avant Chartres, Courville sur Eure. Elle se trouverait au bord de la rivière et près d’un terrain de camping.
Banco, nous tentons notre chance, sinon, il restera encore l’option camping à Chartres, également sur les bords de l’Eure, avec visite de la ville et de la cathédrale illuminée tout l’été, encore une sortie à mon programme depuis un bon moment.
Courville sur Eure chouchoute les camping-caristes et c’est ici que nous passerons finalement la nuit. Huit emplacements spacieux et bien délimités par des haies, au calme, au bord de la rivière. A l’entrée de l’aire gratuite, un superbe lavoir et un parcours de santé. Une borne Raclet et une très belle plateforme de vidange. Jeton à acheter chez les commerçants (2€50).

P1210432

P1210434

P1210437

Nuit sur l’aire gratuite de Courville sur Eure.

Dimanche 14 septembre 2014.

Ce matin, premier ciel gris de la semaine.
L’aire proprement dite est au complet. Quelques autres emplacements possibles sur bitume sont également occupés. La nuit a été très calme et nous voilà officiellement en pleine forme pour reprendre le beau et doux chemin du labeur …