Samedi 28 avril 2012 :
Le temps est maussade alors nous prenons tout notre temps avant de prendre la route. Nous arrivons sur l’aire de Jumièges en début d’après-midi et comme il pleut toujours, nous prenons également tout notre temps pour déjeuner tranquillement. Nous avons un long week-end de 4 jours devant nous, 4 jours de balades mais aussi 4 jours de repos !
Nous sommes au coeur du Parc Naturel Régional des Boucles de la Seine Normande, près de la ville de Rouen.
De la fenêtre du camping-car, entre les gouttes de pluie, nous pouvons déjà admirer l’abbaye :

En fin d’après-midi, armés de nos impers et parapluies, nous partons faire une petite virée de reconnaissance dans le village. Il est très calme. L’intérieur de l’église située au coeur du cimetière est superbe.

Dimanche 29 avril 2012 :
Nuit très calme sur l’aire gravillonnée qui peut accueillir une bonne vingtaine de campings-cars. Elle est gratuite, très bien située, à deux pas de l’abbaye et du petit centre-ville. Les jetons pour le plein d’eau sont disponibles chez les commerçants (3€ pour 100 litres).

Seulement quelques gouttes de pluie ce matin mais le vent souffle fort et accentue la sensation de mauvais temps, l’air du large sans la mer …
Quelques emplettes (nos petits desserts incontournables du dimanche) et nous déjeunons en attendant l’amélioration annoncée par le bulletin météo. Nous partons finalement affronter les éléments, de temps à autre, une petite averse ou un timide rayon de soleil; comme nous savons que la visite de  l’abbaye est en fait la visite de ses ruines, nous ne comptons pas sur un abri pour nous protéger …
C’est une visite assez impressionnante. Les hauteurs sont vertigineuses, je me demande si c’est l’absence de toit qui donne cette impression.
J’en garde un magnifique souvenir, il y a ici une atmosphère très particulière.

Petit à petit et comme par miracle, le ciel se dégage :

En sortant de l’abbaye, des 2 CV sur le parking, certainement un rallye :

Petite balade autour du village, la région est verdoyante :

Et encore une jolie pour la collection …

Nous mettons ensuite le cap sur la ville de La Mailleraye sur Seine et empruntons le pont de Brotonne pour aller de l’autre côté de la boucle de la Seine. Il y a un bac mais l’expérience ne nous tente pas, de plus, j’ai l’impression qu’il est seulement accessible aux voitures.

Nous arrivons sur l’aire, elle se trouve le long du fleuve et la vue est bien agréable. Elle peut accueillir une bonne quarantaine de CC, un agent municipal vient encaisser 5€ le soir. Les services situés au fond de l’aire sont payants aussi (3€, jeton à retirer chez les commerçants).

Petite balade dans le village. Nous apprenons qu’il était plus animé il y a quelques années avant la construction du pont puisqu’il y avait un bac. Cette aire doit être bien agréable aux beaux jours, sinon rien de particulier à visiter. Cependant deux boulangeries-pâtisseries en centre-ville à tester, parole de connaisseurs …



Lundi 30 avril 2012 :
Ce matin, surprise inespérée, magnifique soleil et ciel bleu azur. Les nuages reviendront petit à petit mais il ne pleuvra plus. L’aire est vraiment très calme, même pas le moindre bruit si habituel de  circulation automobile, on entend juste le gazouillis des oiseaux et … Vanille qui ronfle encore …
Après quelques petites courses, nous prenons la direction d’ Allouville-Bellefosse où se trouve un  chêne millénaire.
Mais avant de reprendre le pont de Brotonne, nous faisons halte sur une autre aire à Saint Nicolas de Bliquetuit. Au début, elle est bien indiquée, puis un panneau sur une petite route indique une voie sans issue.

Nous entamons alors notre demi-tour lorsque quelqu’un vient nous dire que si nous cherchons l’aire, il faut continuer jusqu’au bout de la route. Effectivement, l’aire se trouve le long de la Seine, face à la ville de Caudebec-en-Caux.
Nous y déjeunons, Elle peut accueillir une dizaine de CC, borne avec jetons également, au fond un espace pour le pique-nique. Elle est gratuite.

Un panneau indique que c’est à cet endroit qu’ Eugène Boudin a peint le tableau : « La Seine, Caudebec-en-Caux » en 1889.
Partant de l’aire, une piste de randonnée le long de la Seine et un plus loin, la route des chaumières ainsi que celles des fruits.

Après une demi-heure de route, nous arrivons à Allouville-Bellefosse et stationnons sur un parking encore en travaux, tout près de l’arbre que nous venons de croiser. Une borne de vidange a été installée mais elle n’est pas encore en service.

Le voici, il trône à côté de l’église :

Deux petites chapelles ont été créées à l’intérieur de l’énorme tronc qui s’était creusé naturellement, une en bas et l’autre à l’étage :

J’ai pris la photo à l’intérieur du tronc. On a quand même de la place.

C’est une visite charmante et très insolite que je souhaitais faire depuis un bon moment. Je suis ravie.
Puis en regardant la carte, nous ne sommes plus très loin de la mer et ne résistons pas à son appel …
Après quelques hésitations sur la destination car nous n’avons que l’embarras du choix, nous prenons  la route d’Etretat et de ses falaises mythiques.

Une grande aire se trouve à l’entrée de la ville, à côté du camping. Le paiement se fait à l’entrée : 8€.
Elle doit  pouvoir accueillir une bonne quarantaine de CC.
L’eau est payante à la borne : 2€.

Il y a  environ 1 km et demi de marche à pied pour rejoindre le centre-ville et un peu plus pour atteindre les falaises mais au bout du chemin, quel spectacle !

Mardi 1er mai 2012 :
Ce long week-end se termine avec un  temps superbe. Ce matin, nous visitons la maison de Maurice Leblanc, auteur des célèbres aventures d’Arsène Lupin. La visite se fait avec un audio-guide, comme si on était accueilli par le gentleman cambrioleur.
Sympathique mais j’aurais aimé que quelques anecdotes réelles nous soient contées.
J’ai par exemple appris sur un dépliant que l’écrivain s’était beaucoup inspiré des recoins et des portes dérobées de cette maison atypique.

Encore un petit tour en ville et sur la plage avant de prendre à regret la route du retour …