Jeudi 14 août 2014.

Nous quittons la maison en début d’après-midi, entre 2 beaux rayons de soleil et quelques petites gouttes de pluie. Comme nous ne prenons pas l’autoroute, il nous faudra plus de 4 heures pour rallier Wissant, presque tout en haut de la carte de France et où j’ai vu sur internet qu’il y avait une aire proche de la ville et des plages. Lorsque nous y arrivons vers 19 heures, tout est complet. Les camping-cars sont installés à la « passe-moi le sel » , (Agnès, je t’emprunte cette expression que je trouve vraiment extra). Petite déception, nous nous étions pourtant promis de ne pas choisir une destination proche de la mer pendant les longs week-ends … Bref, on ressort les guides et on se dirige vers Tardinghen où la ferme de l’Horloge accueille les camping-cars pour 5€ la nuit. On y accède par une toute petite route de campagne, quelques refuges de fortune pour les croisements de véhicules, fort heureusement, car nous croiserons un énorme poids lourd.
La vue est bien sympathique, en fond de panorama, après champs et bocages, on voit bien la mer et les ferrys tout blancs, quelques cargos aussi. Le propriétaire des lieux, Dominique Hamy, exploite 160 hectares dédiés à la production de céréales et de colza. Il a diversifié son activité par l’accueil des camping-cars (de nombreuses places sont disponibles), un gite et un parcours de Swin golf de 6 trous, une variante moins onéreuse que la version classique.
Un peu plus tard, lorsque la nuit commencera à tomber, nous apercevrons un phare et les lumières de la civilisation sur les côtes anglaises, Dover ou Folkestone sans doute … nous sommes tout près du tunnel sous la Manche.

Nuit sur l’aire de la Ferme de l’Horloge à Tardinghen.

P1200664

P1200680

P1200673

P1200672

P1200674

Vendredi 15 août 2014.

Nuit très calme, mis à part le passage de quelques camping-cars et un léger brin de vent, ici, le calme est roi et c’est bien agréable.
La boulangère klaxonne vers 9 heures apportant le pain et les croissants. Peu à peu, d’autres camping-cars arrivent et nous apprenons que l’aire de Wissant est toujours au complet.
A deux pas de l’aire se trouve la ferme-brasserie du Domaine de Belle Dalle. Nous allons y faire une petite visite-dégustation et revenons avec quelques bouteilles de D-Day, bière blonde primée Médaille d’Or au Concours général du dernier Salon de l’Agriculture.

P1200677

P1200679
Après déjeuner, petite vidange rapide à la ferme (comprise dans le forfait pour les 24 heures sinon 3€ pour les camping-cars de passage) et nous descendons sur Wissant. En repartant de l’aire à droite, la route est moins étroite.

P1200686

Enorme coup de chance, un camping-car s’en va juste au moment où nous arrivons. Ce sera ensuite la visite de la ville ainsi que de son front de mer. Aujourd’hui s’y déroule une brocante ainsi qu’un marché nocturne.

 

P1200689

P1200687

P1200694

P1200696

P1200702

P1200703

P1200707

P1200709

P1200688

P1200713

P1200715

Nuit sur l’aire gratuite de Wissant. Vidange gratuite aussi mais pas d’eau.

Samedi 16 août 2014.

La journée s’annonce ensoleillée. Nous prenons la route de la corniche via le Cap Blanc-Nez. Le relief est accidenté, des montées, des descentes, des virages, on se croirait presque à la fête foraine. Beaucoup de cyclistes peinent dans les côtes et il faut attendre d’avoir un peu de visibilité pour les doubler. Les paysages sont superbes mais il est très difficile de s’arrêter pour les admirer. Un petit décroché me permettra tout de même de prendre quelques photos.

P1200727

P1200728

P1200725

P1200729

En arrivant au Cap Blanc-Nez, déception, des barres de hauteur ont été installées à l’entrée du parking. Les vacanciers en camping-car n’ont pas le droit de profiter de la balade et de la vue …
Nous faisons demi-tour et tentons le Cap Gris-Nez. Là, il y a de grands parkings mais ils sont bondés. Au fond se trouve un parking spécifique aux bus et aux camping-cars, cependant des voitures sont venues s’y garer aussi. Nous nous mettons en attente et une place se libère assez rapidement. Après le déjeuner, nous partons en balade. Des sentiers ont été aménagés pour les promeneurs et les randonneurs. On a une vue imprenable sur les falaises blanches des côtes anglaises. Il fait un temps magnifique « du Nord », à savoir, grand soleil et température agréable, tantôt on enlève le petit gilet et tantôt on le remet.

P1200766

P1200731

Un clic sur les photos permet de les agrandir et notamment de lire plus confortablement cette affiche …

P1200734

P1200748

Quelques énormes moutons (enfin plutôt obèses, n’ayons pas peur des mots) nous ont surpris en paissant couchés.

P1200733

P1200745

P1200751

P1200756

P1200758

P1200759

P1200761

Pendant la balade, j’ai un peu regretté le manque de fleurs, alors quand j’ai vu ce massif, je n’ai pas résisté à prendre ces rescapées en gros plan …

P1200764
De retour au camping-car, petit calcul rapide, nous avons le temps d’aller visiter le village Saint Joseph près de Guînes. Je l’avais repéré à l’Office de Tourisme de Wissant. Il s’agit d’ un parc sur le thème des villages français et métiers d’autrefois. Sur la brochure, il y était indiqué que les camping-cars pouvaient passer la nuit sur le parking. C’est parti, nous avons une bonne demi-heure de route.
Un grand parking pas très bien carrossé nous accueille. Il est presque complet lui aussi, et oui, c’est le mois d’août et de surcroit le long week-end du 15 août ! Il est seize heures passées et quelques visiteurs s’en vont, nous stationnons le long du mur d’enceinte.
Dès l’entrée, nous sommes bluffés, c’est adorable, un moulin, de jolies devantures de boutiques anciennes, un estaminet, le personnel est en habit d’époque. Tout est parfaitement reconstitué et avec de multiples détails. Quelques mannequins animent ce petit monde d’autrefois, et chacun reconnaît ici ou là, des objets aujourd’hui disparus de notre quotidien. Les enfants ne sont pas en reste, un parcours ludique avec questions et différents jeux leur est proposé. Une visite vraiment très agréable et passionnante, un régal pour les yeux et pour les photographes.

Le bâtisseur de ce village-musée est un ancien industriel très croyant, Daniel Baclez. Dans le courant des années 1990, alors qu’il venait de fêter ses 50 ans, il reçut un appel du seigneur et commença par construire la Chapelle Sainte Marie Thérèse Bernard. Il retrouva alors peu à peu le goût de son ancien métier appris aux côtés de son père Joseph qui était charpentier, ça ne s’invente pas ! Il négocia ses entreprises, redevint simple artisan et se dédia à sa passion. Pas un instant, il ne songea à bâtir ce village pour la curiosité du public et il a d’ailleurs financé lui-même la totalité des travaux. C’est le maire de sa commune qui l’incita à l’ouvrir à la visite et c’est son fils Etienne qui dirige et gère ce patrimoine depuis son ouverture en 1995. D’autres réalisations sont venues se rajouter au fil des années. Si vous passez dans la région, ne manquez pas cette belle visite, vous ne serez pas déçus, je vous le garantis !

P1200769

P1200770

P1200772

P1200774

P1200776

P1200780

P1200778

P1200783

P1200784

P1200785

P1200786

P1200788

P1200787

P1200789

P1200791

P1200792

P1200793

P1200796

P1200782

P1200821

P1200805

P1200807

P1200819

P1200817

P1200820

Ce moulin haut de 14 mètres est la copie d’un moulin de la région et a nécessité 3500 heures de travail. Il a également été réalisé par Daniel Baclez aidé par deux de ses compagnons.

P1200824

P1200827

P1200826

P1200830

P1200832

P1200833

P1200836

Daniel Baclez est un grand admirateur et ami de Bernard Hinault qui lui a offert ce vélo avec lequel il a été Champion du Monde à Sallanches en 1980.

 

P1200814

P1200834

P1200849

P1200839

P1200846

P1200842

P1200852

P1200855

P1200857

P1200859

P1200883

P1200886

P1200890

P1200888

P1200889

P1200884

P1200885

P1200909

P1200860

Les toutous sont acceptés dans le parc et on a même pensé à leur confort …

P1200893

P1200899

P1200896

P1200877

Etabli roulant créé par Daniel Baclez et dont il s’est servi à la construction du village. Cet outil a reçu le premier prix d’invention lors d’un concours à Saint Omer en 1994.

P1200874

P1200918

P1200923
P1200921

Ce chemin de croix datant de plus de 150 ans a été offert à Daniel Baclez par les Soeurs Francisquaines de Caffiers, un village voisin et provient d’une église vouée à la démolition.

 

P1200919

P1200916

P1200929

P1200934

P1200936

P1200943

P1200941

P1200944

P1200950

P1200954

P1200947

P1200942

P1200962

P1200967

P1200965

P1200969

P1200981

P1200971

P1200972

P1200976

Après la visite, nous prenons la direction de l’aire d’Arques pour y passer la nuit. Elle se trouve derrière le camping municipal. Comme nous arrivons tard, il ne reste quasiment plus de places et nous stationnons au centre de l’aire. Le gérant du camping est justement en train d’encaisser le forfait journalier de 3€50. Il y a un bel étang pour la pêche juste à côté, mais au fond de l’étang se dresse un vilain bâtiment industriel.

Nuit sur l’aire d’Arques.

Dimanche 17 août 2014.

Un arrêt déjeuner et une petite visite de la commune d’Aire sur la Lys clôturera cette petite escapade.

P1210055

P1200997

La Collégiale Saint Pierre

P1210013

P1210008

P1210007

P1210003

P1210017

P1210023

P1210034

P1210045

P1210046

Maquette de la Collégiale Saint Pierre d’Aire sur la Lys

P1210044

Maquette de la Cathédrale de Paris.

P1210027