Avez-vous déjà croisé, au fil d’une balade bucolique, un épi de blé, un roseau, une petite marguerite ou une jolie pâquerette au bord d’un talus ?
Même si j’éprouve quelques remords, je résiste rarement à l’envie de composer un petit bouquet pour décorer le camping-car. 
Je veille bien sûr à les prélever à dose homéopathique et uniquement si elles sont nombreuses dans la même variété. J’ai renoncé à prendre des coquelicots qui ne se plaisent pas du tout « en captivité ».
Mais il faut aussi en prendre grand soin quand on reprend la route, vider presque toute l’eau et bien caler le vase (un bien grand mot puisque je me sers toujours d’un grand verre), et éventuellement entourer les tiges avec de l’essuie-tout humidifié afin de permettre aux jolies fleurs de patienter jusqu’à la prochaine étape.
Et il ne reste plus qu’à prendre une photo pour immortaliser ces petites merveilles et à les faire voyager le plus longtemps possible …