Allez, à nouveau en route vers la Bretagne pour ces vacances d’été, et nous ne devrions même pas continuer notre « tour » interrompu l’an dernier dans le Finistère …

J’ai pourtant déniché un très beau guide répertoriant toutes les aires européennes mais la facilité et le bleu de la mer ont encore primés. Le temps viendra j’espère, où nous pourrons enfin faire notre tour d’Europe pas à pas, sans contrainte de temps.

Et puis nous embarquons notre petite Vanille. Même si elle a toujours sa grosse bouille adorable de bébé Shar Peï, c’est une petite mémère désormais complètement aveugle, qui ne prend plus plaisir aux balades à plus de 2 mètres 50 autour du camping-car et qui a du mal à supporter les températures au-dessus de 20 degrés. Il fait vite chaud à l’intérieur du camping-car et si nous ne pouvons pas la laisser un peu, pas de balades possibles pour nous non plus. Elle nous a fait une grosse fièvre avant de partir et j’ai bien cru qu’elle ne s’en remettrait pas alors nous allons la ménager.

Une autre raison qui a motivé ce choix, s’il en fallait encore une, c’est un petit crochet par Saint-Père en Retz, chez un revendeur de campings-cars américains d’occasion. Alain est amoureux de ces monstres depuis des lustres et insidieusement, il a réussi un peu à m’embarquer dans ses rêves même si je reste encore persuadée qu’il est préférable de voyager léger. La déco ne correspond pas trop à nos goûts mais il faut avouer qu’ils sont spacieux, très ingénieux avec leurs «slides» qui agrandissent considérablement la surface habitable. Cuisine avec table et chaises, grand réfrigérateur (américain parfois), canapé et fauteuil relax devant un téléviseur XXL, grands placards et multiples tiroirs, lit «king size», lave-linge, voire sèche-linge et lave-vaisselle, tout comme à la maison (alors pourquoi pas la remplacer?) bref, on aimerait voir et étudier tout ça de plus près. Les projets vont bon train et ne coûtent rien … pour l’intant …

Allez, assez papoté, action !

 

Lundi 4 juillet 2016 :

 

Le dimanche était prévu frais et pluvieux et comme nous n’étions pas tout à fait prêts, nous avons préféré reporter le départ à aujourd’hui, bonne initiative puisque nous partons sous le soleil !

Seulement deux heures de route et une halte est déjà programmée à Chartres. Cela fait des années que les flèches de sa cathédrale nous narguent à chaque fois que nous prenons la route de l’océan et bien cette fois-ci, au lieu de tourner vers Le Mans, nous continuons tout droit jusqu’au camping «Les bords de l’Eure» où nous nous installons. Le camping 3* est calme et ombragé, il nous en coûtera 21€74 la nuit, électricité comprise.

P1260284

P1260384

Après un déjeuner succinct, un petit café et la petite balade de Vanille, Alain descend les vélos et nous partons via un joli chemin boisé et verdoyant longeant l’Eure jusqu’au centre-ville situé à environ 3 kilomètres. Nous avons beaucoup apprécié de déambuler dans le centre-ville historique où la circulation est très règlementée. La visite de l’incontournable et immense cathédrale classée au patrimoine mondial de l’Unesco et actuellement en grands travaux de rénovation jusqu’en 2017 nous a bluffés, autant par ses dimentions que par la finesse du travail des sculpteurs : où que se pose le regard, que de détails plus jolis les uns que les autres, grandiose !

 

P1260287

P1260290

P1260292

P1260296

P1260302

P1260305

P1260311

P1260314

P1260317

P1260315

P1260316

P1260321

P1260325

P1260354

P1260353

P1260339

P1260348

P1260351

P1260372

P1260373

 

P1260374

P1260377

P1260379

Nous dînerons de pizzas achetées à l’entrée du camping et n’aurons pas le courage de retourner jusqu’à la cathédrale afin d’assister au spectacle de lumières qui a lieu tous les soirs en été.

 

P1260386

 

Nuit au camping  » Les bords de l’Eure » à Chartres.

 

Mardi 5 juillet 2016 :

 

Nous reprenons la route. L’étape de Chartres a été bien agréable.

J’ai prévu un prochain arrêt à Bazouges sur le Loir mais l’aire n’est pas indiquée, il est assez tôt et le village ne semble pas si intéressant. Nous continuons jusqu’à Angers, pas de stationnement qui nous convienne non plus. Des panneaux indiquent « Terra Botanica » que nous n’avons jamais visité et que j’avais complètement zappé dans mon programme mais je vérifie sur internet et il est précisé que le stationnement y est interdit aux camping-car la nuit. Nous continuons et nous nous arrêtons peu après sur l’aire de Saint Georges sur Loire. Le village est traversé par une route très passante mais l’aire est à l’écart et au calme, entre une zone pavillonnaire et un grand espace nature. Elle est gratuite ainsi que les services. Halte agréable pour la nuit.

La journée a été maussade mais ce soir la température grimpe et Vanille passe la soirée à haleter.

La météo annonce que l’été arrive enfin et que le thermomètre va grimper en flèche. Pour nous, et surtout pour Vanille, ce n’est pas une super nouvelle, pas de Terra Botanica demain je pense.

 

P1260387

 

Nuit sur l’aire gratuite de Saint Georges sur Loire.

 

Mercredi 6 juillet 2016 :

 

Pendant les services, un responsable de la mairie passe et nous demande ce que nous avons pensé de cette aire : que du bien ! Il est lui-même camping-cariste et nous explique qu’il est à l’origine de sa création et que ça n’a pas été facile de la faire accepter à ses administrés.

Nous prenons la route de Nantes où nous aimerions nous poser sur l’aire Camping Car Park mais impossible de la trouver, je crois bien que les grandes villes ne veulent pas de nous …

Nous déjeunons à l’ombre sur le parking de l’hippodrome et repartons pour Saint Père en Retz. A l’entrée de la ville, Alain repère tout de suite le revendeur même s’il n’est pas du tout indiqué et nous nous y arrêtons. Nous sommes très bien reçus, pouvons poser toutes nos questions et visitons trois camping-cars. Alain est aux anges, moi je les trouve très sympas bien sûr, les slides agrandissent considérablement l’espace mais est-ce bien raisonnable ? A approfondir mais pour l’instant rien ne presse, et attendons la suite du Brexit car beaucoup de véhicules sont immatriculés en Angleterre.

 

P1260389

P1260390

P1260396

Superbe atelier où sont effectuées de nombreuses rénovations et équipements à la demande :

 

P1260400

Il nous faut trouver un endroit où nous poser pour la nuit, pas très loin se trouve la ville de Saint Michel Chef Chef mais sur l’aire en face de la mairie, il n’y a plus de places à l’ombre et il fait beaucoup trop chaud pour Vanille. Nous tentons le Camping-Car Park, plus près des plages. L’aire est bien ombragée, tout du moins pour une moitié des camping-cars et il reste beaucoup de places. Il nous en coûtera 11€60 pour 24 heures, eau et électricité comprises. Petit tour à vélo le long de l’océan jusqu’au centre-ville, quelques pêcheries le long de la plage dont une peinte en bleue que je trouve trop mimi.

 

P1260413

P1260402

P1260404

 

Nuit sur l’aire Camping-Car Park de Saint-Michel Chef Chef / Tharon-plage.

 

Jeudi 7 juillet 2016 :

 

Tranquillou ce matin, la température est encore agréable. Je pars en ville acheter le pain avec mon vélo et mon appareil photo, c’est marée basse.

 

P1260409

P1260408

Nous déjeunons dehors puis commençons à plier bagage. Un camping-cariste nous prévient qu’il faut appeler le numéro de téléphone indiqué sur la borne pour sortir, la barrière de sortie ayant été endommagée par un orage. Avant de nous ouvrir la barrière à distance, l’hôtesse nous demande notre numéro de carte Camping-Car Park (que l’on paie 4€ lors du premier séjour) afin de régulariser la sortie.

Direction la Pointe de Saint Gildas où mes guides indiquent un camping, une autre aire Camping-Car Park ainsi qu’un autre emplacement réservé aux camping-cars, sans eau ni vidange mais ombragé et avec la photo d’une magnifique fenêtre sur la mer. C’est celui que j’espère trouver et alleluia, celui que nous trouvons de suite. Le guide ne disait pas qu’il était réfrigéré mais c’est le cas, il y a un petit air très agréable et Vanille ne halète plus.

Nous nous installons. Nos voisins ont un ticket de stationnement jusqu’à demain et partent. Ils nous le donnent, ce sera donc gratuit pour nous cette nuit. Ils ne sont restés que l’après-midi mais l’agent les a obligés à payer quand même les 5€40 par jour avec la taxe de séjour.

 

P1260414

P1260449

En fin d’après-midi, nous partons le long du chemin côtier qui passe juste derrière l’aire. Il mène jusqu’à la pointe de Saint Gildas, son phare, ses sentiers de randonnée, quelques commerces et restaurants et quelques blockhaus bien conservés.

Une jolie balade dans un environnement très calme et bien agréable.

 

P1260417

P1260420

P1260427

P1260428

P1260431

P1260433

P1260432

P1260435

P1260442

P1260444

 

Nuit sur l’aire de Préfailles (parking des Pinettes près de la baie des ânes et de la pointe de Saint Gildas)

 

Vendredi 8 juillet 2016 :

 

Nous partons à pied jusqu’au centre-ville de Préfailles en admirant les jolies maisons. Nous avons certainement fait quelques détours et avons mis un peu plus de temps que les vingt minutes prévues.

 

P1260459

P1260460

P1260463

P1260464

P1260473

P1260474

P1260480

P1260482

P1260484

Nous rentrerons ensuite par la corniche, un chemin magnifique que nous referons avec grand plaisir l’après-midi à vélo.

Nous apprécions de plus en plus ce petit endroit que nous ne connaissions pas du tout, la mer partout présente puisqu’il s’agit d’une pointe, les bonnes odeurs de marée, les senteurs exquises des fleurs et des pins, le calme, les rues aérées, le peu de circulation, les nombreux chemins et pistes cyclables. D’ailleurs, la devise de Préfailles est : « qui y mouille y reste ».

Dès le début d’après-midi, le parking se remplit à la vitesse grand V.

Le week-end arrive avec de plus un temps superbe, qui s’est fait grandement désirer jusqu’à présent …

 

P1260491

P1260493

 

Nuit sur l’aire de Préfailles.

 

Samedi 9 juillet 2016 :

 

C’est le marché ce matin ! Nous enfourchons nos vélos et prenons notre beau chemin côtier sous la grisaille mais il fait très doux. C’est un beau marché avec vue sur la mer et nous y trouvons tout notre bonheur.

Le midi, nous partons à pied jusqu’au restaurant « Le Chalet » que nous avions repéré la veille. Nous nous installons en terrasse. Je choisis la galette à la fourme d’Ambert et poires rôties caramélisées. Alain prend un panier du pêcheur. Copieux, superbe présentation et un délice pour ne pas dire comme les « djeun’s » : une TUERIE !

Un « petit dessert » non moins joli pour les yeux et non moins délicieux. Le guide du routard a apposé son logo et il a bien fait ! Beaucoup de produits sont soit bio, soit issus de productions raisonnées, l’accueil est irréprochable, chaque plat est présenté. Le temps d’attente entre l’apéritif et le plat ayant été un peu long, nous nous sommes vus offrir une bouteille de cidre à déguster en tête à tête, une attention d’autant plus surprenante que nous n’avions fait aucune réflexion ni marqué aucun signe d’impatience puisque nous avions commencé à siroter tranquillement notre excellente bouteille de Chardonnay bien frais en appréciant la jolie vue sur mer et au loin le pont de Saint Nazaire, les nuages qui s’éloignaient et le soleil qui refaisait peu à peu son apparition.

 

P1260501

P1260502

P1260503

P1260505

P1260509

P1260507

P1260513

Au retour par la corniche, Alain aperçoit nos voisins bordelais qui l’ont initié hier à la pêche à pied. Nous les rejoignons et les accompagnons un moment. La région est en effet très riche en moules, palourdes et huîtres. Alain a mangé hier soir en entrée le fruit de sa pêche, soit quelques huîtres récalcitrantes mais excellentes. Le voisin lui a également fait goûter aux palourdes qu’il avait cuisinées, je n’ai pas gouté mais cela sentait bien bon.

 

P1260520

P1260522

P1260523

P1260525

P1260526

P1260528

P1260530

En fin d’après-midi, balade pédestre sur le chemin côtier sur la droite de l’aire. Nous découvrons le long de la mer des tout petits terrains privés avec vue imprenable où les propriétaires sont installés royalement avec leur camping-car.

P1260535

P1260538

P1260539

 

Nuit sur l’aire de Préfailles.

 

Dimanche 10 juillet 2016 :

 

Fin de matinée, nous voilà sur le départ. Le temps de dire au revoir aux voisins bretons et bordelais, de nous arrêter à La Plaine sur Mer pour la vidange et nous faisons déjà une petite halte pour déjeuner sur l’aire de Saint Michel Chef Chef. Petite virée au centre-ville situé à deux pas afin de visiter le magasin de la célèbre marque de galettes. Un cliché peut-être mais un cliché gourmand !

 

P1260563

P1260562

P1260556

P1260558

Une petite vingtaine de kilomètres plus tard, nous traversons l’estuaire de la Loire sur le pont de Saint-Nazaire en admirant l’imposante silhouette d’un paquebot en cours de construction. Puis nous entrons dans la ville-port afin de visiter le sous-marin « L’Espadon » qui a pris sa retraite il y a une vingtaine d’années ainsi qu’une réplique d’un paquebot.

 

P1260564

P1260565

P1260569

Bien que tout près d’un théatre, changement de décor : nous sommes encerclés par des cheminées, des citernes, des hangars et des tonnes de béton.

 

P1260578

P1260646

P1260575

P1260644

P1260576

Sur l’aire payante (7€65 électricité comprise – borne d’eau 4€) se trouvent beaucoup moins de camping-cars que sur le parking juste à côté.

 

P1260645

Nous prenons un billet groupé pour faire 3 visites, le sous-marin, l’écomusée et le paquebot et commençons par la plus éloignée : l’Espadon. Il nous faut contourner l’immense bassin avant de rejoindre le lieu de mouillage du sous-marin : une visite impressionnante !

Tout ce béton est en fait une base sous-marine, construite sur ordre des nazis pendant la seconde guerre mondiale afin de préserver les sous-marins des bombardements. Vilain mais historique …

 

P1260579

P1260582

P1260583

P1260600

P1260602

Nous parcourons la coursive principale et les espaces de vie des équipages, un audiophone nous donne de nombreuses explications claires et passionnantes ! Nous sommes sidérés par la quantité impressionnante de tuyaux, de manettes et d’appareils de mesure. Une seule douche à l’eau de mer froide brrrrr ….

 

P1260593

P1260592

P1260595

Nous visitons ensuite l’écomusée après avoir profité de la vue du haut des terrasses panoramiques. Nous visiterons le paquebot demain matin.

 

P1260615

 

P1260603

P1260605

P1260610

P1260609

P1260616

P1260617

P1260619

P1260620

P1260627

P1260631

P1260633

P1260643

 

La soirée ne sera pas très calme en raison de la finale de l’Euro. Avant le match, les «Allez les bleus», les coups de trompettes et klaxon à gogo, après, les insultes contre les gagnants et les pétards …

 

Nuit sur l’aire de Saint-Nazaire – Parking du Théatre.

 

Lundi 11 juillet 2016 :

 

P1260660

Nous partons faire notre dernière visite à Escal’ Atlantic. Elle retrace la grande aventure des paquebots de ligne qui a vu entre autres, 60 millions d’émigrés rejoindre les Amériques au cours du 19éme siècle. Une visite intéressante, fluide et variée. Tout commence par une passerelle métallique, il faut imaginer qu’il ne manque que nos bagages … Les décors sont réussis mais je m’attendais tout de même à voir plus de luxe et de raffinement. Il y a cependant quelques oeuvres d’art originales provenant du Normandie ainsi que des meubles et de la vaisselle. La sortie est une surprise très sympathique que je préfère ne pas vous dévoiler, le personnel est très prévenant du début de la visite jusqu’à la fin mais les photos ne sont pas autorisées à cause des droits à l’image.

 

P1260641

P1260656

P1260651

Nous allons ensuite faire nos courses au supermarché juste en face.

Après déjeuner, nous quittons Saint-Nazaire enchantés de nos visites même si l’environnement n’est pas des plus idyllique. Nous délaissons volontairement Guérande et Le Croisic que nous connaissons déjà.

Direction Piriac sur Mer, petite cité de caractère qui serait dotée de 3 aires. Il commence à brouillasser un peu lorsque nous arrivons à l’entrée de l’aire face à la mer, nous continuons notre route vers l’aire la plus proche du village (500m) et nous y entrons. Encore une borne de péage avec paiement d’avance par carte bleue, il nous en coutera 7€ pour 24 heures avec la taxe de séjour.

Le soleil est déjà de retour, nous stationnons à l’ombre et partons en balade …

 

P1260664

P1260666

P1260667

P1260672

P1260673

P1260694

 

P1260698

P1260700

P1260690

P1260686

P1260680

P1260681

P1260683

P1260685

P1260688

P1260703

P1260710

P1260713

P1260711

 

Nuit sur l’aire de la tranchée de Piriac sur Mer.

 

Mardi 12 juillet 2016 :

 

A nouveau petite virée jusqu’au centre-ville en fin de matinée.

Puis nous repartons l’après-midi vers Damgan (à prononcer damegant). Ce sont nos voisins bretons à Préfailles qui nous avaient vanté cette destination. Il fait encore très chaud lorsque nous y arrivons et nous choisissons une place un peu ombragée. Les emplacements sont bien délimités, la mer et les plages juste en face de l’autre côté de la route. Il en coûte 9€50 les 24 heures eau comprise, il reste encore beaucoup de places libres. Petite balade à pied jusqu’au village de Kervoyal, à gauche de l’aire, rien de particulier, à part l’architecture de son église. Damgan se trouve de l’autre côté, nous descendrons les vélos demain matin.

 

P1260723

P1260726

P1260727

P1260733

P1260738

 

Nuit sur l’aire de Damgan / Kervoyal.

 

Mercredi 13 juillet 2016 :

 

Nous partons vers Damgan via les pistes cyclables qui sont nombreuses et tellement agréables. Nous avons vraiment bien fait de prendre les vélos et pour une fois, ils ne se seront pas juste promenés sur le porte-vélo du camping-car. La piste longe la mer, le paysage assez sauvage nous plaît beaucoup. Quant au centre-ville, il est sympathique et assez animé, juste ce qu’il nous faut, un peu mais pas trop.

 

P1260741

P1260742

P1260744

P1260748

P1260753

Nous repartirons dans l’après-midi jusqu’au port de Pénerf, tout au bout de la presqu’île, distant de 5 à 6 kilomètres de l’aire, la piste longe toujours l’océan. De jolies maisons bordent les plages, pratiquement toutes contemporaines et très bien entretenues. Lorsque nous arrivons au port, la pluie commence à tomber et nous nous réfugions dans la petite chapelle qui est toute mignonne. Nous aurons le temps de la visiter tranquillement, Alain fait brûler un cierge à chaque visite d’église et dit participer à leur entretien … Après la pluie vient le beau temps, ce doit être un proverbe breton tant le temps peut changer vite ici. Nous assistons à une mise à l’eau un peu compliquée puis Alain achète quelques bulots et huîtres.

 

P1260767

P1260765

P1260769

P1260771

P1260773

P1260775

P1260776

P1260777

P1260778

P1260781

P1260783

P1260795

P1260797

P1260799

P1260801

P1260816

P1260823

P1260825

Au retour, nous faisons une halte à Damgan où se tient un marché artisanal. L’orchestre se prépare pour le bal de ce soir et nous avons repéré l’endroit où sera tiré le feu d’artifice vers 23 heures, mais aurons-nous le courage de revenir ?

 

P1260826

P1260828

P1260829

P1260830

P1260833

 

Nuit sur l’aire de Damgan / Kervoyal.

 

Jeudi 14 juillet 2016 :

 

Et bien oui, nous y sommes allés ! Il y avait beaucoup de monde mais bien répartis tout le long de la grande plage.

 

P1260837

Ce matin, nous retournons faire un dernier petit tour au centre-ville, nous repartons cet après-midi.

Direction Le Guerno. J’aimerais beaucoup visiter le parc zoologique de Branféré, on m’en a dit beaucoup de bien, et demain devrait être la dernière journée avant la remontée des températures. Mais le parking ne me semble pas assez ombragé, nous verrons cela une autre fois.

Nous visitons le village, tout petit mais tout mignon. Il y a un grand parking joliment situé où les camping-cars sont invités à séjourner. Il est tout près du zoo. Sinon en arrivant en soirée, je pense qu’il est tout à fait possible de stationner sur le parking herbeux du parc. Le repérage est fait, nous reviendrons.

 

P1260842

P1260843

P1260846

P1260855

P1260858

P1260860

P1260845

P1260838

Retour vers la presqu’île de Rhuys jusqu’à l’aire de Saint Gildas de Rhuys. Elle domine l’océan et une baie magnifique, la vue y est superbe ! Il ne reste plus qu’une ou deux places, et coup de chance, nous sommes au plus près de la mer avec une vue directe sur le coucher de soleil. Un sentier côtier passe juste devant nous, quelques promeneurs s’attardent pour admirer la vue là où nous pouvons en profiter à loisir !

Le centre-ville est assez éloigné, nous ne l’avons même pas vu en arrivant, juste une succession de magnifiques villas contemporaines comme nous en voyons un peu partout en bord de mer.

Un employé du camping municipal voisin passe vers 21 heures encaisser 7€40 (l’eau est comprise).

Ce soir, Alain n’allume même pas la TV; en vision panoramique derrière le pare-brise du camping-car, nous assistons à un magnifique coucher de soleil qui s’étirera jusqu’à presque 22h30 puis lui succèderont deux feux d’artifices au bout de la baie.

 

P1260865

P1260866

P1260868

P1260870

P1260878

P1260879

 

Nuit sur l’aire de Saint Gildas de Rhuys.

 

Vendredi 15 juillet 2016 :

 

Malgré le calme qui règne ici, ce sera un réveil douloureux. C’est Nicolas, parti pour le long week-end au festival de Port Barcarès qui nous informe par SMS de l’attentat de Nice, puis ce sera famille, collègues et amis qui prendront des nouvelles puisque notre fils habite tout près, à Antibes. La paix et la tranquillité qui règnent ici ne m’empêchent pas de penser à tous ces gens qui souffrent et à toutes ces familles endeuillées, comme si la vie ne nous réservait pas déjà son lot suffisant de malheurs, il faut que la barbarie des hommes vienne s’y ajouter …

Petite balade alentour à pied ce matin. Beaucoup de terrains privés ici également sur lesquels sont installés caravanes, camping-cars et petits chalets.

Après-midi farniente, lecture et petite balade sur la plage.

 

P1260881

P1260888

P1260889

P1260894

P1260898

P1260900

 

Nuit sur l’aire de Saint Gildas de Rhuys.

 

Samedi 16 juillet 2016 :

 

Ciel bleu limpide ce matin. La météo a annoncé une hausse conséquente des températures. Si pour la majorité des vacanciers c’est l’assurance de belles journées en perspective, pour nous c’est malheureusement l’assurance de rester coincés au camping-car.

Nous avions prévu de quitter l’aire cet après-midi mais nous n’en avons pas eu le courage, trop bien à l’ombre dehors avec le ventilateur marin.

Lecture, farniente, balade sur la plage, du repos, du repos, et encore du repos. Bon, on est quand même là pour ça, même si ce n’est pas ce que préfère.

 

P1260901

P1260891

P1260902

 

Nuit sur l’aire de Saint Gildas de Rhuys.

 

Dimanche 17 juillet 2016 :

 

Cette fois-ci nous nous décidons à lever l’ancre de bon matin. De nouveaux voisins, suisses, arrivent, ils sont très sympas et bien sûr, nous papotons un moment.

Arrêt courses à Arzon, tout au bout de la presqu’île, nous serions venus jusqu’ici à vélo si nous avions pu laisser Vanille, bon, inutile de se plaindre, on ne fait malheureusement pas toujours ce qu’on veut, même en vacances …

 

P1260903

La météo a annoncé une vigilance orange pour fortes chaleurs dans l’ouest, c’est bien notre veine. Sur la côte d’azur où nous ne voulons plus descendre l’été, il fait meilleur qu’en Bretagne, c’est le monde à l’envers !

Nous hésitons un peu et continuons notre route vers Erdeven en laissant de côté Vannes, trop chaud pour visiter, Locmariaquer, que nous connaissons et qui n’aime pas trop les camping-cars et Auray où nous sommes déjà allés également.

L’aire en plein soleil ne nous attire pas, nous revenons sur nos pas chercher un peu de fraîcheur et d’ombre sur celle de Préfailles. En route, nous faisons une tentative à Pénestin, mais l’aire se trouve sur le parking de l’office de tourisme, et il fait trop chaud, trop chaud surtout pour Vanille qui halète sans discontinuer.

Nous trouvons de la place sur l’aire de Préfailles. Il y fait bien sûr moins frais que la semaine dernière et Vanille ne trouvera le repos que très tard dans la soirée. Nous papotons avec nos voisins de la Meuse, bien sympas, de l’autre côté est installée une femme seule avec son chien. Elle a perdu son mari en 2009 mais continue de pratiquer le camping-car seule, nous sommes admiratifs mais nous nous sentons  incapable d’en faire autant, l’un comme l’autre.

 

P1260914

P1260915

 

Nuit sur l’aire de Préfailles.

 

Lundi 18 juillet 2016 :

 

Sept heures du matin, 24°, Vanille a déjà chaud et halète à 100 à l’heure, elle me fait trop de peine. J’ouvre toutes les fenêtres, la porte, il y a quand même un peu d’air et elle se calme un moment.

Hier soir, nous avons décidé la mort dans l’âme d’écourter nos vacances et de rentrer.

Je consulte la météo : de fortes chaleurs sont encore prévues aujourd’hui et demain; mercredi, les températures devraient baisser.

Le boulanger passe (comme tous les matins) et nous nous réconfortons un peu avec quelques viennoiseries au petit déjeuner.

Finalement, nous n’avons pas le courage de prendre la route, ce sera encore pire.

Nous passons la journée à l’ombre à papoter avec nos voisins, manger, boire (beaucoup d’eau), rafraîchir Vanille qui a retrouvé ses racines et creusé un peu la terre pour se préserver de la chaleur. Heureusement, une petite brise marine vient de temps en temps nous soulager.

Un petit tour à vélo ou au bord de l’océan chacun son tour, avec le plaisir au retour de retrouver l’ombre et une sensation de fraîcheur.

 

P1260919

P1260921

 

Nuit sur l’aire de Préfailles.

 

Mardi 19 juillet 2016 :

 

La nuit a été chaude. Réveil en pleine nuit pour essayer de soulager Vanille. J’ai tout ouvert même la porte (l’endroit me semble très calme à tous points de vue) et la chienne a fini par se calmer.

7 heures du matin ; il fait déjà 27° à l’intérieur, ça promet.

Dehors, il fait meilleur.

Finalement, quelques petits nuages salvateurs arriveront vers 14 heures, puis de plus gros, qui rafraîchiront l’atmosphère de plus de 10° en quelques heures sans une goutte de pluie, quel bonheur, enfin on respire !

Petit tour à vélo sur la piste cyclable de la corniche, un endroit que je trouve toujours aussi magique. Plusieurs plages le long du chemin.

 

P1260926

P1260927

P1260929

P1260937

Au retour, je repars à pied faire un petit tour sur la plage en contrebas de l’aire. En voulant remonter le petit sentier, je tombe nez à nez avec un petit serpent, je fais très vite demi-tour, j’ai eu l’impression qu’il venait vers moi méchamment en me regardant, bouhhh, j’attrape un bâton et je continue pour remonter plus loin. Une camping-cariste nous a justement raconté cet après-midi que son jeune chien s’était fait mordre par une vipère dans un espace gazonné, je ne sais plus à quel endroit, ce n’était pas à Préfailles mais bref, quelle coïncidence. Je décris le reptile à Alain qui me confirme que c’était peut-être bien une vipère, c’est la première fois que j’en croise une.

Nous dînons dehors par 21° avec un petit gilet sur les épaules, chacun de son côté mais toujours en papotant avec nos voisins de la Meuse, Corine et Laurent. Vanille a même droit aux attentions de Corine qui lui garde quelques morceaux de poulet.

Comme nous, ils lèvent le camp demain matin mais pour encore presque 4 semaines de vacances.

Tout le monde range table et chaises dans les soutes et part se coucher un peu plus tôt qu’hier et avant-hier, déjà pressés de s’isoler de la fraîcheur extérieure …

 

Nuit sur l’aire de Préfailles.

 

Mercredi 20 juillet 2016 :

 

Après des au revoirs très amicaux, nous retrouvons nos voisins sur l’aire de vidange gratuite de La Plaine sur Mer.

 

P1260944

Encore quelques plaisanteries et bises, Corine et Laurent partent continuer leur tour annuel de Bretagne et nous prenons la route de La Bernerie en Retz où nous déjeunerons. L’aire est un grand parking en centre-ville et proche des plages. Gratuit en journée, il faut payer le stationnement la nuit (horodateur 8€). Il y a une borne pour la vidange payante (3€), les jetons sont à retirer auprès de  l’office de tourisme situé à quelques mètres.

 

P1260973

P1260950

P1260946

P1260953

P1260959

Nous visitons la ville qui ne nous retiendra pas très longtemps et prenons ensuite la route de Bourgneuf en Retz. Nous reconnaissons son aire au bord de la route sur laquelle nous n’avons jamais voulu rester dormir. Nous continuons encore un peu et arrivons rapidement à Beauvoir sur Mer qui nous fait tout de suite penser au passage du Gois tout proche. Nous l’avons déjà emprunté 2 fois et nous savons que la marée est haute mais justement, nous sommes curieux de le voir envahi par les eaux. Et effectivement, le site est impressionnant. Au loin, se dresse fièrement le pont de Noirmoutier, le GPS indique 30 petites minutes de trajet jusque Noirmoutier en l’île et nous ne résistons pas.

 

P1260975

P1260977

P1260978

P1260979

P1260981

Nous craignions un peu de ne pas trouver de place mais l’immense parking réservé aux camping-cars est loin d’être complet. C’est la sixième fois que nous venons, habituellement toujours au printemps ou en automne, et nous l’avons souvent vu bondé.

 

P1260987

Nous avons remarqué qu’il y avait moins de touristes étrangers cette année. Les attentats et l’état d’urgence doivent certainement en être la cause (des cousins italiens d’Alain qui ont un camping-car nous ont dit qu’ils redoutaient un peu de venir en France et nous supposons qu’ils ne sont pas les seuls).

Une caméra enregistre désormais le numéro d’immatriculation à l ‘entrée et il faut régler la note en partant sachant que l’aire n’est payante que la nuit (8€).

Nous partons faire un petit tour en ville. Je suis toujours aussi sensible au charme de cette île, je ne saurais pas dire pourquoi exactement, c’est ainsi.

 

P1260996

P1270008

P1270010

P1270012

P1270013

P1270020

P1270024

 

Nuit sur l’aire de Noirmoutier en l’île.

 

Jeudi 21 juillet 2016 ;

 

Trop chaud pour retourner faire un petit tour en ville, nous quittons l’aire et allumons la climatisation pour Vanille qui halète encore. Nous allons jusque l’Herbaudière juste pour voir s’il y a de la place sur l’aire qui se trouve en face de la mer. Habituellement, elle est pratiquement toujours au complet mais il reste plusieurs places. Puis nous allons voir celle de l’Epine, idem, il reste des places libres. Grosse envie de rester mais nous terminons quand même nos vacances sur une bonne note et un au revoir à cette île que nous aimons toujours autant malgré nos nombreuses visites.

 

P1270030

P1270033

Nous prenons la direction du Gois que nous pouvons traverser à cette heure-ci. La chaussée est bien sèche, la marée va bientôt commencer à remonter. A perte de vue, des centaines de pêcheurs à pied sont affairés, impressionnant !

 

P1270037

P1270041

P1270043

P1270045

P1270046

P1270052

Et nous voilà arrivés de l’autre côté, là où nous étions hier …

 

P1270054

Nous nous arrêtons un peu plus loin sur un joli parking pour déjeuner avant d’entamer la route du retour …

 

P1270068

 

P1270055

P1270061

Et stoppons en soirée sur l’aire de la Suze sur Sarthe où nous avions déjà séjourné en avril 2014 (5€ – le gérant du camping voisin vient encaisser).

 

P1270070

P1270071

Nuit sur l’aire de La Suze-sur-Sarthe.

 

Vendredi 22 juillet 2016 :

 

Encore 4 bonnes heures de route avant de clôturer nos vacances d’été. Nous en profiterons jusqu’au bout en nous arrêtant déjeuner sur l’aire gratuite de Courville-sur-Eure peu avant Chartres. Nous y avons déjà dormi une fois, elle est très sympathique. Alain papotera un peu avec nos voisins qui sont juste venus ici en week-end et partent en septembre sur la côte d’azur où comme Nicolas, leur fille travaille sur Sophia Antipolis. Ils ont l’habitude de séjourner au camping d’Antibes qui a fermé depuis les dernières inondations.

 

P1270076

P1270077

Somme toute, des petites vacances bien tranquilles. Bien sûr, nous aurions préféré bouger et visiter un peu plus mais il a fait trop chaud pour notre petite Vanille qui est très contente de retrouver une relative fraîcheur à la maison. Mais quoi qu’il en soit, cette petite virée nous aura apporté de jolis souvenirs, quelques anecdotes à conter et de belles rencontres !