Pour ces vacances d’été, il n’y aura aucun changement de dernière minute. Quels que soient les caprices de la météo, elles débuteront par un séjour près de Bordeaux où nous sommes invités le 12 juillet au mariage du fils aîné de nos amis. Ce sera pour nous le premier de la « nouvelle génération », alors on embarque les mouchoirs et on essaie d’oublier que le temps défile beaucoup trop vite …
Quant au camping-car, il est également quelque peu chamboulé, puisqu’il va devoir transporter en plus des shorts, jeans et polaires habituels, toute une garde-robe qui ne tolèrera aucun faux pli : costumes, chemises, robes ainsi que chaussures cirées et frous-frous. Notre petite maison sur roues va également devoir affronter la grande ville afin de récupérer et accueillir fiston qui arrivera par le TGV jeudi soir à la gare Saint Jean, que d’aventures en perspective!                                                                                                                                                                                                            Pour les deux dernières semaines, ce sera du « free style ». Plusieurs possibilités s’offriront à nous, la Vendée et ses îles, le pays basque ou bien le Gers ou le Lot et Garonne à moins qu’il ne fasse trop chaud et que nous remontions en Auvergne … voilà un bien bel avantage mais aussi parfois un inconvénient du camping-car :  offrir l’embarras du choix  aux indécis !

Dimanche 6 juillet 2014.

Nous quittons la maison sous la pluie qui redoublera d’intensité jusqu’en début d’après-midi.
Arrêt pour la nuit à Sainte Maure de Touraine, avec soleil et ciel bleu et c’est tant mieux !

Nuit sur l’aire gratuite de Sainte Maure de Touraine.

Lundi 7 juillet 2014.

Nous « décollons » les derniers comme d’habitude. Peu de temps après, nous faisons déjà une petite halte sur le site de la bataille de Poitiers, où nous déjeunons. C’est une jolie exposition à ciel ouvert dans un bel endroit vallonné et calme. Il y a un petit chemin qui mène vers d’autres espaces mais il fait trop chaud pour laisser Vanille à l’intérieur du camping-car et elle ne veut plus faire de longues balades.

P1190696

P1190697

P1190690

Un clic sur les photos permet de les agrandir.

Nous avançons donc bravement jusqu’à Bordeaux et choisissons d’aller découvrir Lacanau où se trouverait une grande aire. Effectivement, elle est située à Lacanau-Océan. Le paiement s’effectue par carte avant d’entrer. Il est indiqué 13€50 pour 24 heures, 27€ pour 48 heures … 20/20 en calcul mais on aurait quand même préféré un tarif dégressif …
D’anciennes bornes avec eau et électricité sont réparties sur l’aire, nous parions que c’est un ancien camping. Le sol est un peu sableux, marron, car mélangé aux aiguilles et pommes de pin, typique des Landes. Nous supposons que l’océan ne doit pas être loin mais pour l’heure, Alain règle la parabole afin que je puisse suivre les aventures des agriculteurs de l’amour est dans le pré, nul n’est parfait en ce bas-monde …

P1190699

Nuit sur l’aire de Lacanau-Océan.

Mardi 8 juillet 2014.

Il fait très beau et les vraies vacances commencent !

P1190700
Repos, petite balade à pied dans les environs le matin puis à vélo jusqu’au centre-ville et plages, à environ 2,5 kms. On ne rivalise pas encore avec les coureurs du Tour de France mais c’est un vrai régal de circuler sur les pistes cyclables de Lacanau qui ont été savamment aménagées : des virages, des tunnels, des ronds-points, des stops, le tout sous les pins aux douces senteurs si caractéristiques et accompagnés par le chant des cigales.

P1190711

P1190702

P1190713
Au fond de la grande rue piétonne trône une majestueuse grande-roue et juste derrière, nous découvrons enfin l’océan et ses immenses plages.

P1190715

P1190724

P1190726

P1190722

P1190721

P1190717

Nuit sur l’aire de Lacanau-Océan.

Mercredi 9 juillet 2014.

Petit tour à vélo côté lac aujourd’hui, environ 3 kilomètres à parcourir, même distance que pour atteindre l’océan et le centre-ville où nous retournons en fin d’après-midi.
Les mollets s’habituent progressivement mais le postérieur commence déjà à être douloureux !

P1190732

P1190735

P1190737

P1190738

P1190747

P1190749

Nuit sur l’aire de Lacanau-Océan.

Jeudi 10 juillet 2014.

Nous quittons l’aire dans l’après-midi. Nicolas arrive ce soir alors il faut impérativement remplir les réservoirs d’eau ainsi que le réfrigérateur ! On en profite aussi pour faire le plein de gasoil avant de partir à l’assaut de la gare Saint Jean. Rien à voir avec les gares de Paris bien qu’il y ait beaucoup de travaux en ce moment. Les rues sont assez larges, la circulation relativement fluide. Nous sommes très en avance mais le TGV en provenance de Paris a malheureusement près d’une heure de retard. Comme on nous l’a conseillé, nous sommes venus stationner derrière la gare. Dans le camping-car, en dehors du bruit et de l’air pollué auxquels nous nous étions déjà déshabitués à Lacanau, l’attente n’est pas désagréable, nous sommes « à la maison ». Le temps de faire un peu de rangement et de lecture, de dîner légèrement et de faire une petite promenade avec Vanille, Nicolas arrive déjà, heureux de trouver des températures estivales alors qu’il vient de quitter la capitale sous la grisaille.

P1190750
La nuit commence à tomber lorsque nous quittons Bordeaux pour rejoindre nos amis qui viennent d’arriver du pays basque à bord de leur camping-car. Ils ont habités la région pendant presque une dizaine d’années et connaissent plein de petits coins sympas. Ils nous attendent sur la base de loisirs d’Hostens, au sud de Bordeaux. Il fait nuit noire lorsque nous y arrivons. Retrouvailles joyeuses, nous ne nous sommes pas vus depuis près de deux ans mais les amitiés tenaces reprennent le cours des conversations comme si elles s’étaient quittées la veille !

Nuit sur la base de loisirs d’Hostens.

Vendredi 11 juillet 2014.

Mariage J-1, Thierry et Nathalie ont quelques missions ce matin et partent tôt. Nous avons prévu de nous retrouver ce midi pour déjeuner au Château des Oliviers à Léognan, où vont se dérouler les festivités samedi et dimanche.
Quartier libre pour nous ce matin, nous en profitons pour explorer les environs. Le site est vraiment très chouette. Etangs, forêts, lac avec plage aménagée et surveillée, pistes pédestres et cyclables, nous reviendrons peut-être après le mariage.

P1190753

P1190765

P1190766

P1190762

P1190767

P1190771

P1190776

P1190779

Notre bivouac dans l’immense propriété viticole sera également remarquable. Nous installons tables et chaises à l’extérieur et la fête commence devant nos 2 camping-cars.
Un autre couple de convives camping-caristes vient s’installer à côté de nous, puis c’est l’arrivée des futurs mariés accompagnés de leurs frères, soeurs et amis, venus prêter main forte afin de préparer et décorer la salle.

P1190792

Petite visite du domaine, papotage et manucure, l’après-midi et la soirée s’envoleront en fumée.
En soirée, quelques gouttes de pluie et un petit coup de frais ne suffiront pas à ternir l’ambiance festive, nous sommes confiants, demain sera un très beau jour ensoleillé. Et au pire, mariage pluvieux, mariage heureux !

P1190806

P1190808

P1190882

Nuit sur le domaine privé du Château des Oliviers.

Samedi 12 juillet 2014.

Merveilleuse journée. Un bus est venu chercher tous les convives au château pour nous conduire à la mairie et à l’église de Cenon. Quelques gouttes d’eau sont tombées pendant le trajet juste pour nous faire peur. Nous sommes ensuite revenus rapidement au château. Séance photos puis ateliers culinaires pour le vin d’honneur dressé dans le cadre enchanteur d’une allée ombragée flanquée de deux longs bassins. Repas, jeux et bal, c’était un évènement préparé avec minutie depuis longue date et pleinement réussi.

P1190871

P1190885

P1190910

Nuit sur le domaine privé du Château des Oliviers.

Dimanche 13 juillet 2014.

Nous sommes conviés entre 11heures et midi pour le brunch, tenue décontractée. Grâce aux précieux conseils de Rosalie, à savoir, un grand verre d’eau entre chaque verre de vin, pas le moindre petit mal de tête à l’horizon. Les convives arrivent peu à peu en voiture, ils ont dormi dans un hôtel à quelques kilomètres. Stationnés à quelques pas de la salle, nous mesurons une fois de plus notre chance.
Journée pluvieuse, grise et fraîche, dommage, tout se passera en intérieur. Mais tout le monde se consolera en pensant qu’il a fait très beau hier.
Une fois couchés, fatigués et frigorifiés, nous entendrons trois ou quatre feux d’artifices alentour, mais pas le courage de sortir sous la pluie, dommage, ce week-end aurait pu se terminer en apothéose …

Nuit sur le domaine privé du Château des Oliviers.

Lundi 14 juillet 2014.

Le soleil est de retour mais la fête est finie et c’est le coeur un peu gros quand même que nous nous préparons à partir pour la gare Saint Jean afin de raccompagner Nicolas qui doit prendre son train en fin de matinée.
Mais heureusement, les vacances continuent ! Nous faisons route vers Andernos où nous avons la surprise de découvrir qu’un immense camp de gitans a investi tous les espaces autour de l’aire de camping-car, saturée de toutes façons en ce jour férié. Il y a un monde fou et ce n’est pas « notre Andernos » de hors saison. Nous faisons la vidange, stationnons sur un parking et déjeunons. Alain part acheter quelques huîtres pour ce soir et nous prenons la direction des grands lacs des Landes et nous nous arrêtons sur l’aire de Gastes. Même principe qu’à Lacanau, le paiement s’effectue avant d’entrer, soit par carte, soit en espèces. A cette époque de l’année, il en coûte 7€ les 24 heures. Vue sur l’immense lac, appelé plus couramment lac de Biscarosse, sauf qu’ici, nous sommes à l’opposé. Deux plages aménagées de chaque côté de l’aire, une belle piste cyclable, de l’ombre, du calme, de la verdure, le marché demain matin, nous allons être bien ici pour nous remettre de nos émotions !

P1190967

P1190968

P1190957

P1190976

P1190963

Plusieurs postes de pêche ont été installés pour les personnes à mobilité réduite :

P1190960
Alain règle la parabole … nous sommes lundi … et ce soir, l’amour est dans le pré :-)

Nuit sur l’aire de Gastes.

Mardi 15 juillet 2014.

Un marché très sympathique se tient ici chaque mardi matin de la période estivale. Nous achetons entre autres des tomates de pleine terre de Marmande bien rouges, bien mûres, délicieuses à souhait. Il y avait une éternité que je n’en avais pas mangé d’aussi savoureuses.
Sur l’aire, il y a des sanitaires, une douche, un lavabo et un évier 2 bacs, également de quoi prendre de l’eau potable et faire la vidange bien sûr. Il y a même un petit carré avec des herbes aromatiques. Une petite affiche invite les vacanciers à se servir et à l’entretenir, une attention que j’ai trouvé épatante et originale même si le choix est assez restreint …

P1200018
Nous changeons de place afin de mettre le camping-car à l’ombre. Il y a beaucoup de grands-parents avec leurs petits-enfants, le calme règne jusqu’à ce que plusieurs camping-cars appartenant à ce que nous pensons être des « gitans sédentarisés en vacances » arrivent. Un voisin nous explique que des gens du voyage étaient déjà venus en force une année et avaient monopolisé l’aire. La municipalité avait été prévenu mais dans la mesure où ils sont bien en camping-cars et règlent la note …
Ils partent à la plage, nous partons faire un tour de vélo et explorons les deux côtés de la piste qui traverse Gastes.

P1190970

P1190981

P1190991

P1190995

P1190997

P1190990

Au détour d’un petit chemin, nous découvrons un petit paradis :

P1190998

P1200002

P1190999

Nuit sur l’aire de Gastes.

Mercredi 16 juillet 2014.

Les températures remontent et nous avons eu un peu chaud cette nuit pour la première fois cette année, Bretagne, tu nous manques !
Vue de près, l’aire de Gastes a un petit air de camping. Les vacanciers passent avec une bassine remplie de vaisselle, ou bien avec serviette et shampoing à l’heure de la douche. Je n’ai jamais vu autant de camping-cars équipés de auvents, beaucoup de petites tentes d’appoint aussi au pied des ccars, il y en a également quelques uns de très gros et très luxueux. Ce qui est très agréable et assez étonnant aussi, c’est que les camping-caristes s’auto-gèrent, ils sont bien stationnés et chacun respecte l’espace de l’autre. Il faut avouer que nous nous sommes tous installés royalement, un employé nous aurait certainement beaucoup plus serrés afin d’optimiser les places.
La vue sur le lac et le petit port est vraiment très chouette, Gastes est une destination idéale pour ceux qui apprécient le calme, la baignade, le vélo et la pêche.
Nous avions prévu de partir aujourd’hui mais la météo annonce des chaleurs caniculaires jusqu’à vendredi et c’est quand même un peu à regret que nous décidons de rester deux jours de plus. Avec Vanille, il nous sera de toutes façons impossible de visiter s’il fait très chaud. Ici, nous sommes à l’ombre de grands arbres feuillus qui n’auront pas la malencontreuse idée de lâcher une grosse pomme de pin bien lourde sur le toit du ccar.
Même si habituellement, nous trouvons toujours que nous en avons un peu trop fait, cette fois-ci, nous allons terminer notre deuxième semaine sans avoir quasiment rien visité …
Trempette dans le lac l’après-midi, il y a très peu de fond au niveau de la baignade surveillée, c’est idéal pour les enfants. Un peu plus compliqué pour nager mais la température de l’eau est parfaite !

P1200008

P1200006

Nuit sur l’aire de Gastes.

Jeudi 17 juillet 2014.

Plaisir d’un petit-déjeuner dehors ce matin, avec vue sur le lac.
Les températures devraient baisser la semaine prochaine et j’espère que nous pourrons aller voir du pays. Pour l’heure, j’ai donc le temps de bouquiner, de rédiger mon blog et d’apprécier le farniente.
Alain part acheter du pain. Il y a une petite supérette à 5 minutes à pied.
La température est montée à 40 degrés à l’ombre cet après-midi, l’eau du lac à 26 degrés, une petite baignade s’est donc imposée, la plage est à quelques mètres de l’aire.
En soirée, l’air ambiant s’est rafraîchit agréablement.

P1200011

Nuit sur l’aire de Gastes.

Vendredi 18 juillet 2014.

Cette nuit, d’autres gitans sont arrivés et nous ont réveillés, ils commencent à être nombreux. L’ère des gitans en camping-car serait-elle en marche ? Dans ce cas, je pense qu’elle pourrait mettre en péril ce mode de vacances car malgré tout le respect que j’ai pour les gens du voyage, leur mode de vie est à 10 000 lieues du nôtre. Ils sont bruyants et assez envahissants. Les camping-caristes qui sont au plus près d’eux ont atteint leur cote de patience et se déplacent, nous, nous avions prévu de partir aujourd’hui.

P1200022
Un employé de la commune vient prévenir les vacanciers qu’un gros coup de vent est prévu à partir de 18 heures, ce qui nous conforte dans notre choix. Nous prenons la direction de Marmande, achetons une pizza en route et arrivons sur l’aire de Marmande en milieu d’après-midi. C’est une belle aire très vaste, verdoyante et ombragée, encore un ancien camping. L’eau et l’électricité sont à discrétion. Un agent assez tenace vient encaisser 8€ vers 17 heures, il revient le lendemain matin s’il n’a trouvé personne la veille.
Nous choisissons notre emplacement avec attention, l’alerte orange est toujours d’actualité et il fait très lourd. Nous évitons de stationner sous les arbres. Le gardien nous a quand même rassuré en nous disant qu’il y avait un micro-climat à Marmande. Cerise sur le gâteau, demain matin, c’est le marché.
Effectivement, nous passerons au travers, pas une goutte de pluie. Par contre, nous n’échapperons pas à une armada de gros moustiques qui nous empêcheront de passer une nuit sereine.

P1200047

L’église Notre Dame et son cloître du XVI ème :

P1200032

P1200034

Nuit sur l’aire de Marmande.

Samedi 19 juillet 2014.

Nous partons au marché sous le soleil mais il fait toujours assez lourd. Il y a essentiellement des fruits et légumes. C’est une grande région productrice, nous avons croisé de nombreuses serres dans les campagnes avoisinantes.

P1200044
Nous quittons l’aire vers 16 heures, décidons de continuer à longer le fleuve et nous arrêtons quelques kilomètres plus loin à Caumont sur Garonne. L’aire est très sympathique, également très ombragée, au bord d’un canal, et gratuite. Nous stationnons en face d’un bateau occupé par des retraités, anciens camping-caristes. Ils ont goûté au cabotage et ont désormais adopté cette formule en rachetant un ancien bateau de location. Il est très beau, équipé de plusieurs chambres en bas, deux salles de bains, 600 litres d’eau, un beau salon-cuisine en haut et une terrasse. La formule tente Alain depuis longtemps, j’aimerais bien essayer aussi mais je maintiens que le camping-car offre beaucoup plus de possibilités.

P1200088

P1200090
Nous allons faire un petit tour au village, il est plus que calme. Je n’avais pas envie de la foule du bord de mer, je suis comblée. Nous croisons des anciens assis sur un banc devant leur maison, je n’ai pas revu cela depuis mon enfance, dans le petit village espagnol où vivaient mes grands-parents. Nous bavardons quelques minutes avec une habitante native du village. Bien sûr, il a beaucoup changé, en moins vivant. Beaucoup de travaux ont été réalisés : le maire a un peu la folie des grandeurs mais le résultat est assez réussi bien que le village ne compte même plus d’épicerie depuis le printemps, l’épicière étant décédée.
La boulangère passe du mardi au samedi matin, hélas pas demain matin, il y a un petit bar friterie à l’entrée de l’aire et un producteur de fruits et légumes s’y installe chaque soir, les prix y sont nettement plus compétitifs qu’au marché de Marmande.
Les camping-caristes étaient tous très conviviaux, malheureusement, un orage nous obligera à ranger table et chaises après dîner. Un message de la mairie a été affiché à l’entrée de l’aire concernant l’alerte orange aux orages, de quoi nous inquiéter un peu quand même !

Nuit sur l’aire gratuite de Caumont sur Garonne. Eau 2€ les 150 litres.

Dimanche 20 juillet 2014.

Il ne serait pas déplaisant de rester un jour de plus mais notre temps commence à être compté et nous avons déjà beaucoup « farnienter » . Les orages ont bien rafraîchi l’atmosphère et nous pouvons enfin envisager quelques visites. Il y a beaucoup de choses à découvrir dans cette région mais il nous faut faire des choix, nous reviendrons.
Direction Le Temple sur Lot et la pépinière de nénuphars de Latour-Marliac. Nous stationnons sur le petit parking et déjeunons avant la visite. Un jardin remarquable, primé de nombreuses fois depuis sa création en 1875. Premiers galons à l’Exposition Universelle de Paris en 1889 où Claude Monet remarqua les différentes couleurs des nénuphars que le pépiniériste avait créées. A l’origine, il n’en existait que des blancs en Europe. Claude Monet acheta un peu plus tard sa propriété de Giverny et commanda ses nymphéas à Joseph Bory Latour-Marliac. J’aime les fleurs, toutes les fleurs, mais les nénuphars ont pour moi un charme tout particulier.

P1200167

P1200123

P1200157

P1200184

P1200177

P1200137

P1200169

P1200179

P1200165

P1200187

P1200175

P1200155

P1200129

P1200164

Nous prenons ensuite la direction de Casseneuil où nous nous arrêtons pour la nuit sur le parking affiché « de tourisme » et situé au bord du Lot. Je pars faire un petit tour. Encore un village calme, quasi désert en ce dimanche de juillet. Quelques anciennes maisons à encorbeillement. Une belle averse me bloquera sur le pas de porte d’une boutique pendant une bonne demi-heure !

P1200197

P1200196

P1200199

P1200204

P1200211

P1200214

Nuit sur l’aire gratuite de Casseneuil. Eau et vidange gratuite.

Lundi 21 juillet 2014.

Petit tour dans le village qui est un peu plus animé ce matin.

P1200217

P1200218

P1200220

P1200223

A la sortie du village est implantée la société Maitre Prunille, son usine, son siège administratif et une très belle boutique où nous nous arrêtons.

P1200226
Puis nous prenons la route de Pujols Le Haut, qui fait partie de la collection des plus beaux villages de France. Nous traversons d’abord Villeneuve sur Lot et stationnons sur les parkings équipés de parcmètres. C’est la grande ville mais les nombreux commerces sont presque tous fermés aujourd’hui et c’est donc un peu plus calme. Je descends prendre quelques photos. La haute tour de l’église Saint Catherine m’attire particulièrement. On l’aperçoit à des lieux à la ronde et avec ses briques de couleur rose et ses pierres blanches, elle est majestueuse.

P1200256

P1200255

P1200228

P1200242

P1200248

P1200258

P1200266
Puis nous continuons vers Pujols Le Haut que nous apercevons rapidement tout en haut d’une colline. Nous ne savons pas trop si nous allons pouvoir approcher avec le camping-car et surtout si nous allons pouvoir stationner. Nous grimpons une route en lacets, aucune interdiction sauf un peu plus haut pour les véhicules de plus de 6 tonnes. Arrivés devant l’entrée de la ville, un porche aménagé sous une tour, nous faisons halte et je pars en repérage à pied. Nous continuons la route, après la mairie se trouve un parking un peu trop petit pour nos véhicules mais sur lequel on peut facilement faire demi-tour. Nous repassons alors devant l’entrée de la ville et longeons les remparts afin de nous rendre sur un immense parking joliment paysagé qui peut accueillir 300 véhicules. Il n’est pas très bien indiqué en arrivant mais si vous réussissez à virer sec à droite devant la porte de la ville, vous y serez plus rapidement, sinon, faites comme nous et allez faire demi-tour un peu plus loin sur le parking de la mairie.

P1200420

P1200421

P1200272
Nous déjeunons. Le temps est mi-figue, mi-raisin, tantôt quelques gouttes de pluie, tantôt un magnifique rayon de soleil. Encore une visite très agréable. Pujols Le Haut mérite bien son classement parmi les plus beaux villages de France, la magie des vieilles pierres lui donne énormément de charme et il offre un magnifique panorama sur les environs.

P1200282

P1200292

P1200284

P1200285

P1200305

P1200306

P1200308

P1200314

P1200315

P1200340

P1200346

P1200347

P1200349

P1200419

P1200404

P1200418

Au retour de notre jolie balade, nous décidons de rester dormir ici, d’autant plus que nous avons repéré un petit restaurant recommandé depuis plusieurs années par le guide du routard et qui propose, entre autres, un menu de légumes. Ce sera pour demain midi car ce soir, l’amour est dans le pré :-)

P1200358

Nuit sur le parking de Pujols le Haut.

Mardi 22 juillet 2014.

Nuit très calme, il fait tout gris mais j’apprécie la petite fraîcheur matinale. Deux petits lapins font des cabrioles non loin du camping-car, ils sont trop mignons.
Alors que nous montons au village, le soleil fait son apparition. Nous nous installons sur la terrasse du restaurant « La Villa Smeralda » avec vue sur la belle église Saint Nicolas et nous voici téléportés en Sardaigne. On nous apporte dès l’arrivée une planche en bois avec toasts, petites olives et tomates cerises, arrosées d’huile d’olive, le tout sur une sorte de crêpe croustillante. Nous commandons un cocktail maison, à base de vin blanc, rhum et citron, très frais et délicieux. Malheureusement, notre serveur un peu trop efficace, ne nous laissera même pas le temps de prendre notre temps, une faute presque impardonnable pour les vacanciers que nous sommes …
Les plats étaient excellents, copieux et originaux, les nôtres seront tous servis sur planche et galette. Alain s’est régalé avec une excellente charcuterie artisanale en entrée, des moules gratinées, une salade de jeunes pousses d’épinards avec fromage de brebis et éclats de noisettes toastées, travers de porc noir à l’ail, miel et piment accompagné de frites maison d’exception et pour finir, d’un délicieux tiramisu. La petite salade d’épinards agrémentée de noisettes, divine ! Mais je trouverais le menu de légumes proposé à 23€, un peu cher. Quatre plats différents sont annoncés sur le menu mais tout me sera servi en une seule fois, dans 4 petits ramequins, froid (normal, ce sont des salades, mais j’aurais quand même préféré un ou deux petits plats chauds et une petite douceur). Aucune comparaison possible avec le menu végétarien du restaurant « D’île en île » de Noirmoutier que j’avais beaucoup apprécié en mai dernier.

P1200371

P1200364

P1200362

P1200366

P1200365

P1200368

P1200374

P1200375
Après cette halte très sympathique dans ce beau village, nous partons vers Saint Sylvestre sur Lot. L’aire se trouve tout près des rives du Lot sans en avoir la vue, d’un camping et d’une zone commerciale. Nous cherchons l’aire de vidange, elle se trouve juste à la sortie de la station essence. Mais elle n’est pas très propre et après le restaurant, mieux vaut avoir le coeur bien accroché …
Nous sommes juste à côté d’un supermarché et cela tombe plutôt bien puisque nous avons quelques courses à faire.
Demain matin se tiendra également un marché, chouette !

P1200423

Nuit sur l’aire de Saint-Sylvestre-sur-Lot.

Mercredi 23 juillet 2014.

Après un petit tour au marché, nous décidons de monter au Sanctuaire de Notre Dame de Peyragude.

P1200427

P1200430

Tout en haut de la colline, il surplombe le village et son dôme brille de mille feux.

P1200424

J’interroge la boulangère qui nous dit que les camping-caristes y montent et nous conseille de la contourner et de stationner derrière. C’est parti, nous montons une route en lacets et après le village de Penne d’Agenais se trouvent effectivement de nombreuses places à l’ombre le long de la route, il n’y a pas foule. Nous montons pour la visite, c’est un lieu de passage des pèlerins de Saint Jacques. Le lieu est frais et calme, un peu plus loin se trouve une grotte où la Vierge Marie serait apparue à une petite bergère vers l’an mille, une histoire qui semble familière …

P1200431

P1200432

P1200433

P1200434

P1200439

P1200440

P1200452

P1200454P1200455

P1200458

P1200462

P1200463

P1200464
Nous déjeunons dans le camping-car où nous sommes bien à l’ombre, il fait chaud. Puis nous partons vers Monflanquin, un autre beau village de France. Une aire y est indiquée mais elle se trouve à côté de la zone commerciale donc trop loin pour visiter. Il faut monter en ville et prendre la direction du parking voitures. Comme à Pujols, il est très grand et une partie est même exclusivement réservée aux camping-cars. De là, il ne reste plus que quelques pas à faire pour accéder à la bastide. Encore un joli point de vue. Dans l’église Saint André, qui fait un peu penser à un château, se déroulent les répétitions d’un concert baroque qui aura lieu vendredi à 21 heures, trop tard pour nous, dommage, mais nous profitons tout de même gratuitement de quelques extraits du spectacle.

P1200471

P1200472

P1200499

P1200475

P1200481

P1200497

P1200496

P1200494

P1200492

P1200491

P1200506

P1200507
En soirée, nous changeons de place afin de stationner au plus droit et avec une belle vue sur la vallée pour cette presque dernière soirée de vacances, qui sont comme toujours, passées beaucoup trop vite.

P1200517

P1200526

Nuit sur le parking réservé aux camping-cars de Monflanquin.

Jeudi 24 juillet 2014.

Des voitures qui se garent et des paniers sous le bras nous confirment qu’il y a bien un marché ce matin. Sur la place centrale de la bastide, il a beaucoup de cachet. Dernières emplettes, surtout quelques kilos de grosses tomates dont je raffole et c’est le départ. Il commence déjà à faire chaud, nous nous consolons en nous disant qu’on aura de l’air en roulant !

P1200532

P1200533

P1200535

P1200539
Nous traversons le département de la Dordogne que nous avons déjà parcouru plusieurs fois, les panneaux indiquent des lieux enchanteurs, Domme, Sarlat, La Roque Gageac, et plus tard, Collonges la Rouge, Rocamadour, le gouffre de Padirac, comme on aimerait encore et encore s’y arrêter, mais non, il faut rentrer.
Cette région est beaucoup plus touristique que le Lot et Garonne d’où nous venons. Nous croisons beaucoup de fourgons faisant la navette avec les canoés, ils semblent pressés et stressés, chiffre d’affaire oblige, la rivière est une vraie autoroute … au coeur de l’été, nous étions trop bien ce matin, calme et zénitude garantis.

Nous faisons halte pour déjeuner sur un site très agréable et ombragé à Carsac et passons la nuit sur l’aire d’Argenton sur Creuse.

Nuit sur l’aire gratuite d’Argenton sur Creuse.

Vendredi 25 juillet 2014.

Bien que ce ne soit pas la première fois que nous dormons sur cette aire, c’est la première fois que nous allons jusqu’au centre-ville par le chemin qui longe la Creuse. C’est un habitant d’Argenton qui nous l’a conseillé hier soir et nous ne sommes pas déçus !

P1200544

P1200548

P1200552

P1200553

P1200561

P1200563

P1200574

P1200581

P1200585

P1200586

P1200589

A l’intérieur de l’église Saint Sauveur, mon attention s’est rapidement portée sur le magnifique chemin de croix réalisé par le peintre bolivien Jorge Carrasco, une merveille !

P1200596

P1200602

P1200603

P1200607

P1200610

P1200611

P1200616

P1200620

Un peu plus loin en ville, une fresque plus moderne sur la façade de la banque du petit écureuil :

P1200629

P1200630

P1200637

P1200641

Nous ferons halte ici un peu plus longuement une prochaine fois afin de visiter le musée de la chemiserie et de grimper jusqu’à la chapelle de la Bonne Dame surmontée d’une gigantesque statue de la vierge.

P1200575

Une dernière pause déjeuner sur l’aire de Nouan-le-Fuselier et encore une petite séance photo avec Vanille et son ami le sanglier avant de parcourir l’ultime étape de notre retour à la dure réalité, VIVE LA VIE EN CAMPING-CAR !

P1200658

P1200655