Forte de ses quelques 1 800 kilomètres de côtes, de la beauté de ses paysages et de ses nombreuses aires, la Bretagne est réputée offrir un terrain de jeu idéal aux camping-caristes. Nous y avons déjà fait quelques courts séjours et emmagasiné de jolis souvenirs mais il nous reste encore beaucoup à découvrir …
Alors pour ces vacances d’été, pourquoi ne pas essayer d’en faire le tour complet ?
Un challenge qui me semble tout à fait adapté à notre mode de loisirs.
(Quelques petites précisions pour l’usage de la première personne : Monsieur conduit,  je copilote et prépare l’itinéraire que Monsieur approuve … ou pas.  Monsieur s’occupe de toute la partie technique, réparations et entretiens divers, vidanges, je fais la cuisine et la vaisselle mais il prend le relai à l’occasion, prépare l’apéro, la petite collation du soir et ouvre les huîtres. Je rédige ce blog, je prends les photos, Monsieur y apporte parfois quelques petits rectificatifs ou précisions complémentaires.  Pour terminer, je suis capable de prendre le volant du camping-car … mais juste en cas de besoin et c’est très bien ainsi :-)
Fin de l’aparté.
Mais quand j’ouvre la carte détaillée et les guides, je me rends vite compte qu’il va être impossible de boucler ce périple en trois semaines : visiter (et parfois revisiter, c’était trop beau) les nombreux trésors de cette magnifique région, tout en prenant quand même le temps de flâner et de se reposer.
Alors mettons  le cap sur Dol de Bretagne aux portes de la Bretagne Nord et nous verrons bien où nous mèneront nos 4 roues.
Rendez-vous dans 3 semaines … mais nous ne sommes pas pressés.
Dernière Checklist : placards bien fermés ? Porte d’entrée et baies verrouillées ? Porte de douche ? Porte du réfrigérateur bien verrouillée aussi ?
Les ceintures de sécurité font clic, le moteur ronronne, Vanille se cramponne sur ses pattes avant, on ouvre le portail … et c’est parti pour les vacances d’été !
Dimanche 7 juillet 2013 :
Inespéré ! Après un printemps maussade, l’été a attendu notre départ en vacances pour se réveiller. Soleil généreux et températures estivales sont annoncées en Bretagne pour les quinze prochains jours, on ne pouvait pas rêver mieux !
Pour une fois, nous avons réussi à partir un peu plus tôt mais après une petite heure de trajet, nous entendons soudain un énorme bruit. Stop sur la bande d’arrêt d’urgence, c’est un pneu crevé, l’arrière droit, et après vérification, c’est plus exactement la bande de roulement qui s’est décollée. Heureusement, le camping-car n’a pas fait d’embardées. Feux de détresse, triangle, gilets jaunes, nous sommes coincés sur une route à forte circulation, le camping-car ballotte à chaque passage de véhicule, c’est à dire sans répit.

C’est notre grande première, non seulement depuis 10 ans que nous voyageons avec le ccar, mais aussi en 32 ans de mariage.
Prenons les choses du bon côté, nous avons été chanceux …

 

Nous téléphonons à l’assureur qui nous répond que situés sur une route privée, nous ne pouvons pas être pris en charge par leur dépanneur agréé. Il faut appeler le 17 et les rappeler ensuite pour clôturer le dossier. Le 17 nous passe un autre service qui enregistre notre dossier et nous demande de confirmer notre position en rappelant d’une borne de secours … invisible du ccar.
Alain s’y colle.  C’est là qu’on se rend vraiment compte du danger !
La borne est en panne et nous devons finalement rappeler avec notre portable pour communiquer le numéro. C’est bien compliqué …

Environ une demi-heure plus tard, le dépanneur arrive. Il ne peut pas intervenir sur place, il est vrai que c’est étroit et trop risqué. Du coup, le ccar est treuillé sur le plateau du camion et nous montons dans la cabine.

 

Pas facile d’y installer Vanille, il faut la soulever assez haut. Petit clin d’oeil du destin, le garage est situé dans la ville de Plaisir :-)

 

Finalement, on nous installera la roue de secours et on pourra repartir assez rapidement, et tout sera pris en charge par l’assurance. Mais il faudra nous arrêter rapidement pour acheter un nouveau pneu, voir changer tout le train …
Le dépanneur nous confirme que nous avons eu beaucoup de chance, pas d’accident et pas de dommages collatéraux. En se décollant, la bande du pneu peut faire autant de dégâts qu’une scie circulaire !

 

Nous faisons route sous une chaleur estivale et arrivons sur l’aire de Dol de Bretagne vers 19h30. Elle peut accueillir une vingtaine de CC mais affiche complet ce soir. Nous trouvons malgré tout un petit coin tranquille.
Nuit sur l’aire de Dol de Bretagne – Gratuite – Eau 2€
Lundi 8 juillet 2013 :

Soleil radieux. Nous partons  visiter la ville, sa cathédrale, la plus grande de Bretagne, et le joli parc aménagé le long des remparts. Il y a de nombreux commerces mais ils sont tous fermés aujourd’hui lundi, sauf quelques pâtisseries et on rattrape notre rendez-vous manqué hier avec notre petit dessert dominical …

 

 

En face de la cathédrale se trouve un musée, et juste à côté, l’Office de Tourisme et Médiévalys, une exposition sur les bâtisseurs de cathédrales. Je fais un petit tour dans la boutique où se trouve au premier plan l’excellent et inoubliable roman de Ken Follet : « Les piliers de la Terre » qui m’a familiarisée avec l’épopée des constructeurs de ces gigantesques chef d’oeuvres du Moyen-Age. La visite doit être passionnante mais il se fait tard et comme il faut quand même débourser 6€50 par personne, je n’ai pas trop envie de la  bâcler. Une belle machine est exposée dans la cour.

 

Dans une pièce annexe et en entrée libre, nous admirons une magnifique exposition temporaire de tableaux de Jean Berthelot. On y retrouve de très nombreuses cathédrales. Passionné par ces édifices, il a sillonné la France entière pour en capter les plus beaux détails. Une merveille !

L’après-midi, nous nous rapprochons d’un garage trouvé sur internet et apparemment spécialiste de pneus mais il a mis la clé sous la porte. Nous avons également repéré une autre adresse à Combourg mais c’est fermé le lundi.
Nous prenons donc la direction de Cancale par la corniche et apercevons enfin la mer et les grandes plages. Il y a beaucoup de vent, beaucoup de chars à voile et beaucoup d’anciens moulins aménagés en habitation, si j’avais pu m’arrêter, j’aurais fait une belle série de photos …

En arrivant sur Cancale nous découvrons comme par magie (enfin pour nous c’est plutôt une mauvaise nouvelle) que le Tour de France prendra cette route demain et qu’elle sera fermée à la circulation toute la journée ! Dans le Jura l’an passé, dans les Alpes, à Mimizan aussi, presque chaque année nous y avons droit, à croire que nous le faisons exprès … De nombreux ccars sont déjà installés sur le bord des routes, banderoles déployées.  Petite hésitation, on reste ou on passe notre chemin ? C’est la centième édition cette année …

Finalement, nous nous installons sur l’aire de Cancale. Elle peut accueillir une cinquantaine de ccars, et est assez bien aménagée. De l’herbe, des petits arbres et arbustes pour l’ombre et l’intimité diminuent un peu la sensation d’entassement. Il fait très beau, le vent est un peu envahissant mais il maintient la température supportable. Nous nous installons en mode camping, relax, petite table, bouquin. Demain, nous irons jusqu’au port déguster quelques huîtres et peut-être aussi capter quelques ondes de l’engouement national, voire international du moment …
Nuit sur l’aire de Cancale – 6€ par jour avec barrière automatique – eau 3€


Mardi 9 juillet 2013 :
Toujours un temps magnifique, nuit calme. Petite cueillette de myrtilles ce matin, il y en a un peu partout sur l’aire, plus ou moins mûres.
Nous descendons en ville par un petit chemin bucolique qui est également joliment éclairé la nuit. Un grand bravo à la ville de Cancale pour l’accueil des camping-cars. En arrivant sur l’aire, on a l’impression d’être isolés de tout alors qu’on se trouve à seulement 300 mètres de la ville.

Tout y est prêt pour le passage du Tour de France cet après-midi. Un animateur tente de chauffer un peu le public qui doit certainement être plus nombreux à Saint-Malo, ville étape du jour.

 

 

Nous déjeûnons dans un des nombreux restaurants.
Cancale est titré  » site remarquable du goût ».

 

Puis nous partons nous balader jusqu’aux parcs à huitres face à la pointe du Grouin, un endroit sublime et emblématique de la ville mais aujourd’hui quelque peu déserté.
Par temps clair, on y aperçoit le Mont-Saint-Michel.

Nous choisissons ensuite notre emplacement : un rond-point juste avant une côte. Le soleil tape fort et il nous faudra encore patienter plus d’une heure avant le passage de la caravane. Un cortège publicitaire joyeux et haut en couleurs, un peu comme un défilé de carnaval où, pour le plus grand bonheur des petits et des grands, toutes sortes de petits cadeaux sont lancés au public.

 

Les coureurs sont encore loin alors nous avançons un peu.

 

Une restauratrice propose de l’eau à Vanille, nous engageons un peu la conversation et finalement, c’est assis, à l’ombre, au frais et face à la mer que nous attendrons le passage éclair des coureurs. Mon appareil photo ne s’est déclenché qu’après le passage du peloton de tête, l’émotion sans doute !

Aucun regret cependant, mais on ne ferait pas ça tous les jours !

 

 

En soirée, nous redescendons faire une petite balade au frais.

 

Nuit sur l’aire de Cancale.
 
Mercredi 10 juillet 2013 :
Retour à nos pneus. Nous fouillons sur internet pour trouver un marchand près de Saint-Malo, notre prochaine étape. Le rendez-vous est pris pour demain 17 heures.

En attendant, nous avons Saint-Malo à découvrir. Le stationnement y est règlementé. L’été, l’immense parking Paul Féval peut accueillir quelques 2 à 3 centaines de ccars. Une navette gratuite conduit les touristes, ainsi que les Malouins, au pied des remparts de 9 heures à minuit, et ce tous les 1/4 d’heures. Deux bornes payantes se trouvent en face du parking. La vue n’est pas féérique mais on s’en contentera aujourd’hui afin de visiter la Cité des Corsaires.

 

Nous prenons donc la navette avec Vanille après déjeuner et arpentons cette ville très touristique une bonne partie de l’après-midi. Beaucoup de tentations de toutes sortes, peut-être un peu trop.
Nous dégustons une glace chez Sanchez , elles y sont vraiment délicieuses et la file d’attente en témoigne !

 

 

La jolie plage de l’éventail.

 

Nuit sur l’aire de Saint-Malo – 7€50 par jour – borne eau 2€ – navette gratuite.
Jeudi 11 juillet 2013 :

Un peu de grisaille et de fraîcheur passagères ce matin. Nous quittons l’aire pour Rotheneuf afin de visiter les rochers sculptés de l’abbé Fouré. Son oeuvre est souvent comparée à celle du Palais du facteur Cheval que nous avions visité l’été dernier. Dans l’esprit peut-être mais dans la pratique, l’oeuvre du facteur est bien plus grandiose. C’est malgré tout une jolie petite balade dans un cadre agréable et le travail de l’abbé, qui a duré 25 ans, est remarquable. Nous nous attendions tout de même  à une visite un peu plus longue, une petite demi-heure y suffit amplement.

 

 

 

Nous sommes stationnés sur un des parkings disponibles en ville et après quelques emplettes, nous bifurquons vers une pointe et déjeunons face à la mer, royal !

C’est dans ces moments là qu’on apprécie le ccar à 200%.

Nous sommes à la pointe de la Varde. On y fera une petite promenade digestive bien agréable avant de rejoindre le garage.

 

Bien chaussés et porte-monnaie plus léger, nous partons pour Dinan. L’aire indiquée sur les cartes est en fait juste une borne de vidange  à l’entrée du camping municipal. Les prix sont affichés à l’entrée et nous voyons 5€25 pour les ccars. Nous nous installons.
Avec un supplément pour l’électricité, la taxe de séjour, un forfait de 2€90 par personne et un supplément pour Vanille aussi, il nous en coûtera en fait 16€45 pour les 24 heures. Mais nous pouvons rester jusqu’en fin d’après-midi demain. De quoi recharger toutes les batteries, faire un peu de lessive et de ménage, le brushing et aussi visiter la ville de Dinan, joyau de la Rance, qui serait, d’après les guides, la ville médiévale la mieux préservée de Bretagne. Un programme bien chargé !
Nuit au camping municipal de Dinan.
Vendredi 12 juillet 2013 :

Le centre-ville est finalement assez proche et mérite vraiment le détour. Nous contournons d’abord le château et ses remparts très bien conservés et entrons à l’ Office de Tourisme immense et ultra-moderne.

 

Au coeur du centre historique se déroule une succession de maisons à pans de bois et de rues pavées, c’ est magnifique !

 

 

 

 

 

Concert de harpes dans le Jardin Anglais …
Près du port, en contre-bas de la ville, sous le viaduc, nous apercevons un parking avec des ccars.

Nous irons nous y installer dans l’après-midi. Il y a effectivement 38 places réservées à nos véhicules. Il est payant de 9h à 12h et de 14h à 19h par horodateur : 0€60 de l’heure, gratuit le dimanche et les jours fériés.

 

 

Une fois installés, nous descendons au port tout proche, c’est très mignon aussi. Une petite ruelle pavée monte au centre historique, des musiciens animent le quartier. Par ce côté, l’abord de la ville est encore plus joli, nous sommes sous le charme !
Dinan mérite amplement son surnom de joyau de la Rance !

 

 

 

Nuit sur le parking réservé aux camping-cars de Dinan. 
Samedi 13 juillet 2013 :
A nouveau, un petit tour en ville. Elle nous semble toujours aussi belle. Nous visitons la Basilique Saint Sauveur, un petit bijou. Il y a un feu d’artifice et un bal ce soir sur le port, juste à côté du parking CC et nous décidons de rester encore jusqu’à demain.

 

 

 

 

 

Nuit sur le parking réservé aux camping-cars de Dinan.