Lundi 3 octobre 2011 : En route pour Giverny sous un ciel limpide et des températures estivales. La météo annonce déjà une dégradation pour demain alors profitons !
Nous arrivons très rapidement, seulement quelques 80 kilomètres à parcourir, que c’est agréable !
D’après les quelques infos glanées sur Internet, j’imaginais un parking bétonné et étroit. Que nenni ! Celui sur lequel peuvent stationner les bus et campings-cars est verdoyant. A l’entrée, une jolie plate-bande de fleurs et pour clore ce joli tableau, le parking est gratuit. Les bus déversent des flots de touristes mais au fond, nous sommes une dizaine de campings-car tout au plus et pouvons prendre toutes nos aises.

Après un déjeuner à l’ombre du camping-car et un petit digestif Croate offert par nos voisins, nous partons découvrir le village rendu célèbre par Claude Monet. Il est tout proche. En chemin, nous avons déjà une première « mise en bouche ».

La visite de la maison et des jardins est interdite aux animaux et comme il fait trop chaud pour laisser Vanille dans le camping-car, nous la remettons à demain matin et flânons dans le village.
L’église Sainte-Radegonde vient tout juste d’être restaurée, Claude Monet repose juste à côté.
A l’intérieur, une musique douce et apaisante …

On aperçoit au fond le livre d’or mis à disposition depuis peu et déjà entièrement complété par des visiteurs du monde entier :

Quelles que soient nos croyances, on ne peut rester insensible à ce message :

Le jardin du musée de l’impressionnisme est composé de parterres de fleurs dans des tons assortis, rose, jaune, blanc, mauve, orange … la visite y est libre.

J’ai comme une petite préférence pour certaines couleurs …

Nous continuons par l’ancien Hôtel Baudy où se sont retrouvés à la fin des années 1890 de nombreux artistes du courant impressionniste.

Mardi 4 octobre 2011 : Après une nuit très calme sur le parking, c’est parti pour la visite de la superbe propriété de Claude Monet, avec quelques éclaircies et aussi quelques gouttes de pluie …
Les photos à l’intérieur de la maison sont interdites. Elle est très lumineuse. La décoration est soignée et très colorée, elle avait été imaginée par le peintre qui aimait beaucoup les couleurs. Par ailleurs, il possédait une extraordinaire collection d’estampes japonaises.
8 jardiniers travaillent à plein temps pour entretenir ce jardin de rêve, fouillis savamment orchestré.
Le fameux bassin a été creusé dix ans après son arrivée à Giverny. Malheureusement, les nénuphars n’étaient pas assez ouverts, manque de soleil ou saison un peu tardive.
J’ai demandé à un jardinier quelle était selon lui la plus belle période pour visiter, il m’a répondu fin mai début juin, encore un rendez-vous de pris, mais en ce début octobre, la floraison était encore magnifique.

 

Et pour terminer cette visite, une photo du maître des lieux dans son atelier-salon. La décoration est presque à l’identique mais ce sont aujourd’hui des reproductions qui sont exposées.
J’aurais bien aimé entrer dans le musée mais nous sommes deux dans l’équipage et Alain a préféré prendre la route de la mer et de ses fruits, nous reviendrons … De plus, nous avions oublié de prendre une petite réserve de pain et il n’y a aucune boutique dans le village – idem pour les cartes postales, pas de timbres.
Après déjeuner, nous prenons la route de Honfleur.
Petite erreur d’inattention en arrivant, et nous nous engageons sur le pont de Tancarville, impossible de faire demi tour. Panique à bord, nous reprogrammons le GPS qui nous indique 2 heures de route alors que nous étions presque arrivés (en fait, il nous refaisait faire le grand tour). Nous prenons alors le pont de Normandie payant également. J’en profite pour faire quelques photos, le tour de manège au-dessus de la Seine n’est pas gratuit, 3€ pour le premier passage et 5€90 pour le deuxième, nous nous sommes fait avoir comme des enfants de choeur …
Pont de Tancarville.
Pont de Normandie.
Nous arrivons sur l’aire qui est toujours très fréquentée. Le tarif a augmenté depuis notre dernière visite il y a deux ans : 9€ avec l’électricité. Mais elle est très bien située, au fond, on aperçoit le pont de Normandie.
Après dîner, nous allons faire une balade en ville, il fait très doux. Quelle que soit l’heure ou la saison, le charme opère toujours …
Mercredi 5 octobre 2011 :  Dès le matin, nous repartons en balade et en quête de quelques fruits de mer. Il y a une grande poissonnerie près de l’aire qui est ouverte toute l’année, ainsi qu’un marché de fruits et légumes près de l’église Sainte-Catherine.
C’est également toujours avec un immense plaisir que je dévore des yeux les vitrines des galeries d’art. C’est ici à Honfleur que j’ai eu mes premiers coups de coeur pour quelques peintres et sculpteurs contemporains. Cette fois-ci, nous avons bénéficié d’un cours sur les glacis de Patrick Cassar car j’avais flashé sur un de ses tableaux. Artiste autodidacte, il a complètement changé de style après avoir été reconnu, ses dernières oeuvres sont de pures merveilles, dans la précision du détail, dans le choix des couleurs, comme j’aimerais le voir travailler tant ses tableaux me paraissent tout simplement  impossible à réaliser.
Il y a aussi beaucoup d’autres artistes talentueux et on nous a appris que l’art se mettait de plus en plus à la portée de tous et qu’il était possible de régler en 60 mensualités sans frais … oui …  peut-être un jour … mais pour le moment, je me contente d’aller les admirer à Honfleur.
Un bateau de croisière fluviale attendait ses convives …
Beaucoup de vieux gréements , ce week-end aura lieu la fête de la crevette et nous apprenons également que le tournage de l’émission Thalassa sera réalisé vendredi ici-même.
Après avoir quitté Honfleur, j’ai bien sûr regardé l’émission à la télévision et j’ai regretté de ne pas y avoir assisté en direct … avec les énormes projecteurs et les différents éclairages de couleur sur les façades, j’ai peut-être (on peut toujours rêver …) raté quelques jolies photos, et de plus, l’ambiance sur le vieux bassin avait l’air d’être très sympathique. Mais nous voulions avancer un peu et rentrer plus tôt pour nous rendre au Salon du Bourget.
Jeudi 6 octobre 2011 : Nous prenons la direction de Deauville. Nous y sommes déjà allés deux ou trois fois et avons pris l’habitude de stationner le long de la halte fluviale, entre Trouville et Deauville. Mais en arrivant, ce que nous redoutions et avions prévu depuis notre premier passage est arrivé : construction de nouveaux immeubles, les promoteurs ne pouvaient pas laisser cet emplacement inoccupé plus longtemps. J’avais pourtant lu un petit reportage récemment et il m’avait semblé que les campings-caristes s’y installaient toujours. Alors qu’on se le dise :c’est terminé.
Nous rejoignons la toute petite aire qui affiche toujours complet, il reste une place mais finalement, nous ne nous y plaisons pas et nous continuons notre route. Elle a tout de même le mérite d’exister et elle est gratuite.
Nous nous arrêtons à l’aire de Merville Franceville que nous ne connaissions pas. Gratuite également, à 10 minutes du centre-ville et tout près d’une grande plage. Il y a moins de dix places et elle doit toujours afficher complet en saison.
Nous sommes tout prêt des ferrys de Ouistreham.
Comme nous voulions rapporter des noix de Saint Jacques à la maison, nous rejoignons l’aire de Ouistreham.
Elle a été aménagée et agrandie depuis notre dernière visite (que de changements en peu de temps dans la région) mais elle est désormais payante (8€). C’est une borne dernière génération, paiement en carte bleue avec un ticket sur lequel est inscrit un code permettant de faire le plein d’eau. Ce qui est dommage, c’est qu’il faut se baisser et on se retrouve alors en train de taper son code secret tout près de l’endroit où l’on vide la cassette des toilettes …
La police municipale veille et passe vérifier les tickets en soirée.
La plage n’est pas loin, nous partons faire une balade. Le centre-ville piétonnier est bien vide. Il y a un casino et un centre de thalassothérapie que j’avais testé la dernière fois. On peut prendre un accès avec un ou plusieurs soins et dans ce cas, on peut rester à la piscine toute la journée, et même sortir pour déjeuner et y retourner. Une délicieuse tisane y est servie à volonté !
Oui … oui et oui !
Nous n’avons pas encore testé.
Le spectacle est à voir mais ils sont quand même bruyants surtout tôt le matin et encore plus depuis que l’aire est payante !
Je n’ai pas pensé à prendre une petite photo des noix de Saint Jacques cuisinées à notre retour à la maison mais elles étaient délicieuses …
Elles n’ont pas le même goût quand on les achète au supermarché … ce doit être le transport en camping-car…
 &&&&&
En aparté et pour compléter la visite, quelques photos de nos précédents passages à Honfleur et Ouistreham :
Honfleur : le jardin des personnalités.
De très belles balades à faire jusqu’à la plage.
 Dans le jardin, des dizaines de bustes de personnalités natives ou simplement ayant fait un séjour à Honfleur :
Claude Monet
Eugène Boudin
Le cercle nautique sous un autre angle …
Visite du musée Eugène Boudin.
A ne pas manquer : Naturospace
Ouistreham
L’arrivée des ferrys.
 A bientôt pour un petit tour au Salon du camping-car du Bourget.